AFP

La femme soupçonnée d’avoir déclenché l’incendie d’un immeuble parisien qui a fait dix morts en début de semaine a été mise en examen (inculpée) vendredi et placée en détention provisoire, a annoncé le parquet de Paris.

Cette quadragénaire a été mise en examen pour « destruction par incendie de nature à créer un danger pour les personnes » et « destruction par incendie ayant entraîné la mort ».

Essia B., qui a effectué treize séjours dans un établissement psychiatrique parisien entre 2009 et 2019, avait été interpellée en état d’ébriété peu après le départ de l’incendie qui a ravagé cet immeuble de l’ouest de Paris.

Son dernier séjour dans un établissement psychiatrique remontait au mois de janvier.

Les pompiers avaient mis six heures, mardi, à maîtriser cet incendie, le plus meurtrier dans la capitale en près de 14 ans, et qui a fait 96 blessés.

La garde à garde à vue de la suspecte, qui habitait dans l’immeuble incendié, avait été interrompue mardi afin de lui faire subir un examen psychiatrique. Son audition avait pu reprendre jeudi.

Elle a nié avoir commis les faits qui lui sont reprochés au cours de la première partie de sa garde à vue.

Ce terrible incendie a également coûté la vie à deux mauriciens, Revena Allas Hollandais et son neveu, Adel Allas.