Avec un score total de 76,9, Maurice est, selon l’Index of Economic Freedom de la Fondation Heritage et du Wall Street Journal, la 8e économie la plus ouverte au monde et la première sur 46 pays de l’Afrique subsaharienne sur un total de 177 pays. Cet indice est cependant contesté par plusieurs experts sur la base, entre autres, que la liberté économique ne conduit pas nécessairement à une meilleure croissance économique.
Le rapport de l’Index of Economic Freedom 2013 (voir encadré), récemment rendu public, indique que le score de Maurice est cette année, « essentiellement le même que celui de l’année dernière ». Cet indice est compilé à partir des statistiques de la Fondation Heritage et du Wall Street Journal. Avec le Canada, la Suisse, Bahreïn, le Chili et Hong-Kong, Maurice est, selon cet indice, un « Regional Leader ».
Maurice, toujours selon l’Index of Economic Freedom, a progressé sous le critère de « la protection de la propriété privée » et dans celui de « la libéralisation du travail ». Mais cette progression a été contrebalancée par un recul dans les domaines de « la lutte contre la corruption » et de « la stabilité monétaire ».
Le rapport se félicite que Maurice soit l’économie la plus libérale parmi 46 pays de l’Afrique subsaharienne et maintienne son rang parmi les 10 premiers au monde, occupant la 8e place au niveau international. « Maurice continue d’être un leader mondial en matière d’ouverture économique et tous les piliers de la liberté économique y sont solidement ancrés », commente le rapport.
Selon l’indice de la liberté économique 2013, l’économie insulaire de Maurice bénéficie grandement d’un « sain et transparent cadre légal qui défend l’état de droit ». En outre, poursuit le rapport, les réformes budgétaires ont été maintenues, gardant la dette publique et les déficits budgétaires sous contrôle, malgré « une politique fiscale expansionniste depuis 2008 ».
L’Index of Economic Freedom 2013 note par ailleurs qu’avec un climat d’affaires stable, Maurice maintient une culture d’entrepreneuriat dynamique. « Les barrières contre le libre-échange sont faibles et les opérations commerciales sont soutenues par des règlements qui aident des politiques de marché libre », commente le rapport. En outre, poursuit-il, les pressions inflationnistes sont sous contrôle et les investissements étrangers sont les bienvenus.
Analysant le score de Maurice, l’Index of Economic Freedom donne le score et le rang de Maurice dans les dix critères généraux de liberté économique en se fondant sur les statistiques de la Banque mondiale, du FMI, et de l’Economist Intelligence Unit (société appartenant au même groupe que The Economist) – (voir encadré). Il est pertinent de souligner que l’Index of Economic Freedom est toutefois contesté par plusieurs experts mondiaux sur la base, entre autres, que le libéralisme économique ne conduit pas nécessairement à une meilleure croissance économique.