Elle est assassinée le 31 octobre 1984 par ses propres gardes du corps dans son jardin à New Delhi. La fille unique de Jawaharlal Nehru a mené la destinée du gouvernement indien de 1967 à 1977 et de 1980 à 1984. Stratège et penseuse politique, Indira Gandhi était aussi habitée par un désir de puissance jusqu’à sa mort.
Ce fut la stupéfaction à l’hôtel du gouvernement ce 31 octobre 1984, lorsque les crépitements réguliers des téléscripteurs traduisirent la nouvelle de l’assassinat du Premier ministre de l’Inde Indira Gandhi. Dans sa déclaration à la presse, Anerood Jugnauth mettait à l’index un acte de barbarie que le monde civilisé doit condamner. Paul Bérenger se disait bouleversé par le décès de cette grande dame.
La mort tragique de Mme Gandhi est une perte dramatique pour le monde entier, pour le Mouvement des Pays Non Alignés et pour l’île Maurice. “C’est une perte pour les pays du tiers-monde”, avait ajouté Satcam Boolell avant de préciser que Mme Gandhi “avait un faible” pour l’île Maurice, visitée à trois reprises. Il avait formulé le souhait que les problèmes des Sikhs en Inde soient réglés.