Les animateurs du Joint Negotiating Panel, dont le syndicaliste Ashok Subron, sont attendus une deuxième fois demain au Central CID, aux Casernes centrales, pour un interrogatoire « under warning ». Cette convocation fait suite au non-respect de l’injonction de l’Employment Relations Tribunal (ERT) contre tout préparatif de grève en août dernier lors du conflit industriel dans le secteur sucre. Avec le déroulement des exercices de votes en dépit de l’Interim Order en Ex-Parte, le président de l’ERT, Me Rashid Hossen, avait décidé de référer l’affaire au Directeur des Poursuites publiques et au commissaire de police.
Lors du premier rendez-vous aux Casernes centrales le 7 septembre dernier, l’homme de loi des responsables syndicaux, Me Rex Stephen, a demandé aux limiers du CCID s’il était approprié d’initier une enquête sans déclaration formelle et en ne se fondant que sur des correspondances transmises au commissaire de police Dhun Iswur Rampersad. Me Rex Stephen devait également faire part aux enquêteurs de son intention de prendre connaissance de l’article de l’Employment Relations Act sous lequel l’enquête a été ouverte.
Dans une correspondance en date du 15 octobre, les Casernes centrales font comprendre que sous la Police Act, le CP peut ouvrir une enquête sur tout sujet qu’il estime « amount to an alleged commission of an offence ».
S’agissant du deuxième volet des questions de l’homme de loi, le CCID a soutenu que l’investigation tentera de déterminer s’il y a eu délit sous l’article 103 de l’Employment Relations Act de 2008 avant de souligner que l’interrogatoire sera « under warning ».