Avec le retour du Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, de l’Inde où il a subi une double intervention chirurgicale de la cataracte, une Special Cabinet Meeting s’est déroulée ce matin avec pour principal item à l’agenda le projet de Heritage City à Bagatelle. C’est ce qu’indiquaient des sources autorisées ce matin en ajoutant que tout le volet de projet de Smart Cities, annoncées dans le premier budget de Lalyans Lepep par le ministre des Finances, Vishnu Lutchmeenaraidoo, qui avait brillé par son absence lors des deux précédentes séances du conseil des ministres, devrait être abordé. D’autre part, le projet de Smart City de Pailles avec des investisseurs chinois de Yihai International Investment conjointement avec la State Investment Corporation (SIC) pourrait connaître un faux départ.
La décision du conseil des ministres du jour s’avère cruciale dans les premières étapes du projet de Heritage City à Bagatelle avec des investissements de Rs 30 milliards (820 millions de dollars américains) pour le transfert de la capitale administrative de Port-Louis à Bagatelle. Ce projet, piloté par le ministre des Services financiers, Roshi Bhadain, a déjà franchi d’autres principales étapes, dont le feu vert du Steering Committee, comprenant le Secretary to Cabinet, le Solicitor General et le secrétaire financier.
À ce jour, il ne reste que le feu vert du conseil des ministres pour le démarrage des procédures en termes de design détaillé de ce complexe, qui devra comprendre le nouveau siège de l’Assemblée nationale ou encore la Prime Minister Office Tower. Toutefois, lors de la dernière réunion du conseil des ministres, cette décision avait été repoussée, d’où la décision de sir Anerood de convoquer cette réunion spéciale du conseil des ministres aujourd’hui en vue d’accélérer les étapes préliminaires.
Depuis le début du mois de février, les débats dans les plus hautes sphères de l’hôtel du gouvernement sont dominés par le dossier des Smart Cities et la Special Cabinet Meeting du jour devra permettre également au gouvernement de se pencher sur d’autres projets à être exécutés ave du financement privé. Mais des trois premiers inscrits à l’agenda du conseil des ministres, soit l’Airport Smart City d’Omnicane et la Yihai Smart City de Pailles ou encore le Cap Dal Smart City de la famille Jhuboo à Tamarin, seul celui d’Omnicane pourrait incessamment recevoir la Letter of Intent, sanctionnée par le conseil des ministres.
Tout semble indiquer que le projet de Smart City de Pailles avec des soi-disant investissements chinois de Yihai International en partenariat avec la SIC pourrait être un Non-Starter dans la conjoncture. Ce dossier pourrait être soumis incessamment à l’Independent Commission Against Corruption en vue d’une enquête sur des zones d’ombre et des dessous suspects. Dans les milieux autorisés, l’on fait comprendre que « le Board of Investment n’a pas donné son feu vert à un projet qui avait été rejeté sous le gouvernement de Navin Ramgoolam et qui n’a fait que changer de jockey sous celui de Lalyans Lepep ».
Toutefois, une aile au sein du gouvernement tente par tous les moyens d’éviter que ce dossier ne tombe entre les mains des limiers de l’ICAC. De ce fait, dans la perspective d’une enquête sous les dispositions de la Prevention of Corruption Act, il existe très peu de chances que la Letter of Intent soit communiquée aux promoteurs de Pailles Smart City.
Par ailleurs, la principale objection retenue contre le projet des Jhuboo à Tamarin est comment un RES peut du jour au lendemain se transformer en une Smart City. En tout cas, le conseil des ministres a déjà pris la décision de nommer un comité interministériel pour redessiner la carte des Smart Cities à Maurice avec une première réunion déjà convoquée même si dans le gotha de l’hôtel du gouvernement le dialogue n’est pas aussi Smart sur les Smart Cities…