Un bilan, une lecture à froid des résultats des trois derniers Jeux des îles (2003, 2007, 2011) : voilà à quoi ont eu droit les présidents et autres représentants des fédérations sportives, handisport inclus, concernées par les prochains JIOI, en 2015, à La Réunion. Une rencontre dans les locaux du MJS à Rose-Hill qui se voulait formelle pour le ministre Ritoo, histoire de mettre les points sur les “i” à deux ans du rendez-vous réunionnais.
A priori, la rencontre avec Devanand Ritoo devait être celle des doléances. Sauf que, cette fois, elles sont venues du ministre lui-même, qui a insisté pour que les résultats soient à la hauteur de l’investissement consenti. « À bien y voir, le ministère de la Jeunesse et des Sports a mis tout le monde devant ses responsabilités. Le ministre a parfois pris les gants. Mais il a aussi formulé quelques demandes », indique un des présidents qui s’étaient rendus à la rencontre avec le ministre.
Entouré de son état-major — secrétaire de cabinet, PAS, Giandev Moteea, président du Club Maurice, et Ram Lollchand, entre autres —, le ministre s’est lancé dans une analyse assez critique, indiquant les disciplines où les résultats n’ont pas été aussi probants. Citant la boxe en exemple, il a aussi relativisé, avançant les circonstances de la compétition pour expliquer la tendance descendante des résultats.
Cependant, Devanand Ritoo n’y est pas allé tendrement avec les disciplines collectives, à l’instar du volley-ball. Après une performance honorable en 2003 — une médaille d’or en masculin et une autre de bronze en féminin —, le volley-ball mauricien a sombré dans un abîme, se laissant rattraper par les autres nations. Par contre, le ministre a affiché sa satisfaction quant à la progression de la natation, qui est revenue des Jeux seychellois avec huit médailles d’or.
« La lecture de ces résultats a permis aux présidents de fédérations de prendre conscience des enjeux. Le ministre a encore exigé que les meilleurs athlètes fassent le déplacement », indique une source du côté du MJS.
Mais l’un des plus grands soucis de Devanand Ritoo reste le football féminin, qui n’a pas affiché la grande forme sur le plan régional lors de sa dernière sortie. « On a tous en mémoire la débâcle de la sélection féminine lors des Jeux de la CJSOI en 2010 aux Comores (ndlr Maurice a perdu 9-0 contre le pays hôte). Le ministre a demandé que des mesures soient prises pour éviter ce scénario à nouveau », indique-t-on encore.
Évidemment, la question du financement en vue de la préparation est revenue sur la table. Un budget de Rs 3 M avait été voté en amont, qui devra être distribué aux fédérations concernées. Devanand Ritoo s’est engagé, au nom du MJS, à trouver le financement nécessaire à la bonne préparation des différentes présélections et sélections qui verront le jour.
Pour rappel, en juin 2012, soit près d’un an après les JIOI 2011, le MJS avait mis sur pied un comité de suivi afin de préparer les prochains Jeux, en 2015. L’idée derrière ce plan était de permettre de mieux cerner les besoins des fédérations sportives afin de préparer au mieux l’échéance réunionnaise.
Cependant, l’absence de décisions et d’indications quant aux disciplines incluses pour les prochains JIOI tardant à venir, le comité de suivi n’a pas siégé. À l’annonce des résultats il y a une dizaine de jours, la machinerie ministérielle s’est remise en marche. « À deux ans des JIOI, le MJS appelle à nouveau à une prise de conscience et responsabilités de la part des représentants fédéraux. » Histoire de rappeler les enjeux.