Pour la toute première fois aura lieu à Djibouti un événement sportif grandiose, soit la 9e édition des Jeux de la Commission de la Jeunesse et des Sports de l’océan Indien (CJSOI). Les pays présents du 17 au 24 janvier 2014 seront Djibouti, Mayotte, Madagascar, Seychelles, Réunion, Comores et Maurice. Les quatre disciplines retenues sont l’athlétisme (masculin et féminin), le football (masculin), le tennis de table (masculin et féminin), le handball (masculin et féminin), de même que les activités culturelles.
La décision d’organiser les Jeux de la CJSOI à Djibouti a été prise aux Comores en mai 2012 lors d’une réunion des ministres en présence de Devanand Ritoo, le ministre mauricien de la Jeunesse et des sports. Ce dernier étant également le président de la CJSOI. Environ 800 jeunes participeront ainsi à cette aventure. En mai dernier, l’engagement de chaque pays avait été fait en vue de ces Jeux.
« C’était une très bonne nouvelle d’apprendre la confirmation de notre demande. Ce sera une première expérience djiboutienne dans ce domaine où nous accueillerons les Jeux », avait affirmé Saïd Hassani, chef de la délégation djiboutienne lors de la réunion tenue aux Comores.
La cérémonie d’ouverture prévue le17 janvier se tiendra au Complexe Sportif du roi Fahad. Au cours de ces sept jours se dérouleront également des soirées d’animation. Parmi, des activités telles que l’assemblée des jeunes, le théâtre, la musique et des danses traditionnelles de chaque pays. Cet ensemble d’activités de la jeunesse aura lieu au Palais du Peuple. Une infrastructure idéale, car elle comprend plusieurs salles pour le théâtre, les auditions, les spectacles, entre autres. Ce mélange de sport et de culture aura tout pour faire vibrer les foules tout en rappelant les origines de chacun.
Du côté des engagements nominatifs définitifs, ils devront être soumis au plus tard mercredi prochain. « Les noms des participants devront déjà être envoyés accompagnés de fiches d’engagement. Après cette date, aucune modification ne pourra être faite. Nous prendrons en compte seuls les noms soumis. En revanche, la date limite pour les cinq noms supplémentaires en tant que réserves sera prolongée jusqu’au 15 novembre », annonce le secrétaire général de la CJSOI, le Mauricien Ram Lollchand.
Ce dernier avance également que le déplacement de quatre délégations, soit ceux de Maurice, Réunion, Mayotte et Seychelles, sera effectué par un vol spécial et que tout a été finalisé.
Ram Lollchand était d’ailleurs à Djibouti en avril dernier et a pu constater de visu que tout se trouve sur la bonne voie. Il affiche ainsi la satisfaction concernant l’hébergement. « C’est en fait une académie de police divisée en quatre blocs qui permettra d’héberger un nombre de 670 personnes, comprenant également le personnel para- médical et les chefs de délégation. Le confort est assuré pour tout un chacun, tout a été vérifié sur cet aspect. Nous avons simplement fait la demande pour quelques toilettes supplémentaires », explique-t-il.
Quant aux ministres, les deux experts par pays et les arbitres, ils seront hébergés dans des établissements hôteliers. Il est à noter que le Nigérien Ali Bouramah, secrétaire général de la CONFEJES, a également effectué une visite des lieux.
Maurice s’affûte
Concernant les disciplines sportives, la préparation s’intensifiera bientôt du côté mauricien. C’est ainsi qu’en handball les séances d’entraînement ont débuté en décembre de l’année dernière. La présélection féminine est dirigée par le tandem Jordan Bosquet-Laëticia Lejeune, alors que la présélection a été placée sous la férule du duo Cédric Kistohurry-David Malié. Les présélectionnés se sont entraînés deux fois la semaine au début, mais ces séances d’entraînement ont dû être réduites de moitié. Daniel Gérard, président de l’Association mauricienne de handball (AMH), explique. « Il nous manque les moyens de transport et des équipements. Si nous les avions à notre disposition, nous aurions pu nous entraîner à un rythme de trois fois la semaine. C’est l’aide que nous attendons depuis longtemps du ministère des Sports. Les équipements qui arrivent sur la fin, ce n’est pas très favorable pour nous. »
Les sélections finales devraient comprendre chacune quatorze éléments. Daniel Gérard avance également qu’il faudra se méfier de toutes les équipes qui seront en action,  les adversaires étant tous selon lui du même niveau. Malgré que ce sera une bataille livrée dans l’inconnu, le président de l’AMH demeure serein. « Je suis confiant pour les garçons, je connais leur niveau et leurs capacités. J’aurais pu en dire autant pour les filles mais j’avoue qu’il faudrait quand même plus de partipation de leur part. » Les rencontres de handball se dérouleront au gymnase de Djibouti.
Examens de fin d’année
En athlétisme, la préparation n’a pas réellement débuté. « Les examens des Forms IV et V se tiennent actuellement. La plupart des athlètes sont concernés et c’est assez difficile de les avoir tous ensemble. Quoi qu’il en soit, une première rencontre a déjà été effectuée deux semaines de cela et une autre est prévue d’ici à la fin de ce mois », laisse entendre Georges Vieillesse, responsable du groupe en compagnie de Marielle Coiffic. Il compte donc convier tous les présélectionnés pour des séances d’entraînement régulières à partir du mois prochain et ensuite effectuer des tests plus poussés à la fin du mois de novembre.
La sélection sera alors forte de douze éléments masculins et autant en féminin pour cette compétition prévue à Ali Sabieh, ville qui se situe à 50 km du centre de Djibouti. L’objectif dans le camp mauricien est clair. « Nous souhaitons remporter beaucoup de médailles. Beaucoup de ces athlètes, de la catégorie cadets, avaient participé à la rencontre Maurice/Réunion. Ils s’étaient bien défendus », soutient Georges Vieillesse, prêt à relever le défi.
Ces examens de fin d’année affectent également la présélection de football dirigée par Rajesh Gunesh. De ce fait, un seul regroupement s’est tenu jusqu’ici. « En pleine période d’examens, il nous est impossible de fixer des jours d’entraînement. Toutefois, nous avons établi un programme bien défini qui prendra effet le 15 novembre avec deux séances d’entraînement par jour. Des stages sont également prévus », fait remarquer l’ancien international.
Ce dernier fait ressortir qu’il ne pourra compter que sur 25% de l’effectif qui avait décroché la médaille d’or lors du Tournoi de la CJSOI en juillet dernier. La compétition se déroulera sur deux terrains, soit celui du Centre technique national et celui de Balbala, qui se trouve à l’extrémité de la ville.
Pour ce qui est du tennis de table, un certain enthousiasme règne au sein du groupe. L’équipe se dit prête, si on tient en considération les propos de Patrick Sahajasein. « Étant dans le staff technique de la fédération en compagnie de Rajessen Descann, je peux dire que tout se déroule dans le bon ordre des choses comme chaque année. Nous avons finalisé la sélection depuis juin dernier car l’entraînement demande du temps et de la préparation, malgré que les examens bousculent un peu notre préparation. »
Ils seront donc quatre filles et quatre garçons à briguer les sept médailles d’or en jeu au Centre de haut niveau de Day qui se trouve à 150 km de la capitale. Ce sont Elodie Ho Wan Kau, Harsha Hauzaree, Ruqqayah Kinoo, Kaushar Baboolall (féminin), Jeremy Ng, Faiz Baboolall, Wassiim Gukhool et Omar Ahmed. Ces deux derniers avaient bénéficié d’un stage en Chine en avril dernier.
« L’objectif sera avant tout d’être performants, car ce sera également l’occasion pour nous de constater ce que valent les jeunes de la région. De plus comme les Jeux débuteront en deuxième semaine de janvier, nos séances d’entraînement prendront fin assez tard en décembre pour recommencer très tôt en janvier. Nous allons aussi recevoir la visite d’un expert technique en décembre. Ce qui sera un plus pour ces jeunes qui disputeront leurs mini-Jeux des îles », fait ressortir Patrick Sahajesein.