Le ministère de la Santé fera l’acquisition d’un équipement de technologie avancée, le Nucleic Acid Testing, pour détecter précocement les infections sanguines. Parallèlement, le bâtiment du National Blood Transfusion Service sera agrandi afin d’accroître les services. C’est ce qu’a annoncé mercredi le ministre de la Santé Anil Gayan à Ébène lors de la célébration de la Journée mondiale du Sang. Cette année, l’accent est mis sur les transfusions d’urgence en cas de traumatisme de cause accidentelle.
Anil Gayan a indiqué que les accidents de la route sont un des problèmes majeurs de santé publique. Le taux de décès a été de 11,6 pour 100 000 habitants en 2015. « C’est une situation très alarmante. Quelque 55 personnes ont perdu la vie à Maurice dans des accidents de circulation depuis début 2016 et beaucoup d’autres deviennent infirmes chaque jour », a constaté le ministre de la Santé. Environ 46 536 unités de sang ont été collectées en 2015 et au moins 4 % ont été utilisées pour traiter les victimes d’accidents de la route. « Un seul accidenté requiert 30 pintes de sang », a indiqué Anil Gayan.
Les transfusions sanguines sont également nécessaires chez les personnes atteintes de cancer, les patients en traitement de dialyse, ceux ayant une anémie génétique et les femmes ayant des complications de grossesse. Des protocoles sont appliqués pour la sûreté des transfusions. Environ 818 unités de sang ont été rejetées en 2015 après une réactivité lors des tests de dépistage des infections. De plus, 165 unités ont été rejetées pour cause de réactivité au test de VIH/Sida, 308 pour réactivité à l’hépatite C et 251 pour réactivité à la syphilis. Toutefois, il n’y avait en fin de compte que 291 cas d’infection confirmés, soit 13 cas de VIH/Sida, 106 d’hépatite C, 41 d’hépatite B et 131 de syphilis. Aujourd’hui, 92 % des donneurs de sang sont volontaires alors qu’ils étaient moins de 25 % en 1998.