Au terme d’une réunion du comité directeur de l’Union africaine de judo (UAJ) qui s’est tenue en début de semaine, plusieurs décisions ont été approuvées suite à la pandémie de COVID-19. Si les championnats d’Afrique cadets et juniors se tiendront en octobre, ceux des seniors se dérouleront en décembre, soit du 15 au 21 au Maroc.

Faisant partie de ce comité directeur, Josian Valère, président de la Fédération mauricienne de judo, nous déclare « que le comité s’est réuni afin de revoir le calendrier africain pour le reste de la saison. L’UAJ a dû revoir sa stratégie afin que les prochains mois soient à l’avantage des judokas. Néanmoins, nous suivons l’évolution du COVID-19, surtout en Afrique et en Europe. Car plusieurs judokas africains s’entraînent en Europe ».

L’UAJ a souhaité annuler tous les événements sportifs jusqu’à la fin du mois de septembre. Initialement prévus du 16 au 19 avril, les championnats d’Afrique seniors avaient été renvoyés à juin, mais après cette réunion de l’UAJ, il a été convenu que la compétition se tiendra finalement en décembre. Alors que les cadets et juniors se donneront rendez-vous en octobre en Tunisie. À noter que les Open de Yaoundé au Cameroun et de Dakar au Sénégal ont été reportés à novembre.

« Les décisions du comité directeur de l’UAJ visent à définir un planning des événements fiable à la lumière de ces moments difficiles, tout en gardant l’espoir de voir la situation se normaliser en Afrique d’ici au mois de septembre prochain pour que les athlètes africains puissent reprendre le programme de leurs entraînements. Le CD de l’UAJ tient à exprimer sa solidarité et son engagement à l’endroit de tous les pays africains qui ont été touchés par la pandémie. Il espère également que la famille africaine du judo demeure en bonne santé et optimiste. Nos valeurs de courage du judo, le bien-être mutuel ainsi que l’utilisation maximale de notre énergie sont dans l’ADN du judo pour surmonter cette épreuve », a déclaré l’UAJ dans un communiqué.

Au niveau local, le calendrier sera bousculé avec ces changements au niveau africain. « Je n’ai pu parler avec quelques membres du comité directeur de la FMJ des différentes décisions de l’UAJ, mais après le confinement, nous tiendrons une réunion », souligne Josian Valère. Alors que les judokas sont actuellement en confinement, ils bénéficient d’un programme établi par le directeur technique national, le Français Baptiste Leroy. « Nous avons la chance d’avoir un DTN qui est dévoué à son travail et ses responsabilités. Il est quotidiennement en contact avec les judokas, et arrive, tant bien que mal, à les assister », nous dit-il.

Alors que les judokas sont des sportifs qui doivent respecter un certain poids, cette période difficile n’est pas vraiment idéale pour eux. « Je suis conscient que c’est compliqué pour nos judokas, mais ils se doivent de rester concentrés sur les différents objectifs. Ils doivent s’adapter à la situation et être professionnels dans leurs choix », explique Josian Valère.

En ce qu’il s’agit des compétitions locales, le président de la FMJ ne souhaite pas prendre de décision tant que la situation ne s’améliore pas. « Je vais suivre les instructions et décisions de la Fédération internationale de judo, de l’UAJ et certainement celles du ministère de la Jeunesse et des Sports de Maurice. Je pense qu’il y aura plusieurs changements à venir, mais pour l’instant je ne peux me prononcer au niveau du calendrier local, ainsi que sur la préparation des judokas en vue des championnats d’Afrique », conclut Josian Valère.

Rappelons que la compétition africaine contribue à la qualification pour les Jeux Olympiques 2021 à Tokyo. Au niveau des pointages olympiques, Priscilla Morand compte 533 unités, Christianne Legentil 196 et Rémi Feuillet, 419. Rappelons que Priscilla Morand et Rémi Feuillet évoluent respectivement en Suisse et en France.