Le député et porte-parole de la commission économique du MMM a qualifié ce matin à l’Assemblée nationale le Budget 2012 de « historical biggest overdraft in the budget history of Mauritius ». « Un budget d’exclusion des pauvres » ; « Injuste et inéquitable » ; « Très peu de cohérence »… les superlatifs très péjoratifs n’ont pas manqué à Kee Cheong Li Kwong Wing, qui est aussi propriétaire d’une société offshore.
« Le taux de croissance pour cette année, censé être dynamisé par le Budget 2012, ira vers le déclin », soutient Kee Cheong Li Kwong Wing. « Le chômage risque d’augmenter. Nous nous dirigeons vers une ère de jobless growth. » Le député du MMM prévoit « stagnation et inflation ». « Le ministre n’ose même pas donner une estimation du taux d’inflation. »
Le député mauve a fait ressortir qu’alors que le taux de croissance durant les dernières décennies a été en moyenne de 5,5 %, « c’est seulement depuis 2005 que nous avons eu une sous-performance de moins de 4,5 %. Il est prévu que cette sous-performance continue dans les années à venir ».
Kee Cheong Li Kwong Wing a soutenu que pour maintenir notre niveau de vie, « nous avons besoin d’un taux de croissance de 6 %. Et pour nous assurer qu’il y ait une plus grande prospérité, nous avons besoin d’une croissance de 8 %. Ce qui signifie que pour l’an prochain, nous ne sommes même pas à moitié de ce taux ». La Chambre de commerce, dit-il, a estimé le taux de croissance pour l’an prochain à 3,8 % au lieu de 4 % et la MCB, à 3,7 %.
Le député de la circonscription No 20 (Beau-Bassin/Petite-Rivière) est d’avis que « we have moved from an “état d’urgence” to an “état de résilience”. Now, we have come to an “état de décroissance” ». Pour déprécier davantage le budget, Kee Cheong Li Kwong Wing a cité l’exemple de pays subsahariens à faibles revenus qui réalisent pourtant de bien meilleurs taux de croissance – en moyenne 6,7 %. Le Kenya, souligne-t-il, a un taux de croissance de 6,5 % ; le Mozambique 7,8 %. « This budget is putting Mauritius in the worst kind of decline. »
Sur le plan macroéconomique, note le député, « investment in manufacturing and agricultural sector has declined dramatically ». Depuis 2008, constate-t-il, « the private investment sector has declined and it is not even mentioned what will be the estimate for the next year ».
Au vu de la baisse au niveau du Foreign Direct Investment (FDI), Kee Cheong Li Kwong Wing prévoit « une grave inflation en hausse ». Nous entrons, ajoute-t-il, dans une ère de « low saving, low investment and low growth ».
Le Budget 2012, aux yeux du député mauve, ne comprend non seulement un système fiscal « injuste et inéquitable » qui taxe les consommateurs à faibles revenus mais aussi très peu de cohérence.
Kee Cheong Li Kwong Wing a suggéré que l’abus de pouvoir soit reconnu comme un crime par la loi. Il a aussi proposé qu’une loi proscrive le gaspillage du fonds public et une autre qui rende accessibles les informations concernant son utilisation.
Jouant avec les mots, le député a ajouté que le budget n’a pas été préparé par un Chief Finance Officer mais par un Chief Outsourcing Officer, qui « à chaque fois qu’un problème surgit, a recours à l’outsourcing et à la privatisation ». Il devait à ce sujet citer les casinos et les Fisheries d’Albion. « C’est un budget de gros capitalistes, un budget de l’exclusion des pauvres ! »