Tout porte à croire que Laurent Samson sera le second représentant mauricien aux championnats du monde juniors de kick-boxing prévus en Italie en septembre prochain. Pour rappel, le premier visa a été accordé au jeune tireur de Rodrigues Lindley Perrine. La tenue des championnats nationaux low-kick prévus cet après-midi à partir de 14h au gymnase 1er Février à Roche-Bois permettront sans doute de mieux juger du potentiel de ces tireurs.
La séance d’entraînement tenue mercredi dernier au JJJ Gymnasium à Roches-Brunes a été l’occasion pour l’entraîneur national, Judex Jeannot, de constater le niveau actuel de Samson et de Perrine. Concernant le premier nommé, il affiche une certaine satisfaction. « Il a été très performant au cours de cette séance d’entraînement en faisant montre de beaucoup de détermination et d’envie ».
Par contre, il se montre plus réservé concernant la prestation de Lindley Perrine. « Il n’est à Maurice que depuis lundi dernier et il semblait perdu pour cette première séance. Le milieu ne lui est pas familier et il faut maintenant qu’il prenne goût à ce nouvel environnement, avec une nouvelle façon de travailler ».
Quoi qu’il en soit, le tireur de Rodrigues aura du pain sur la planche cet après-midi. Engagé dans la catégorie -57 kg, Perrine affrontera en quarts de finale Rodney Soogris. S’il passe ce cap, il aura à défier un combattant chevronné qui était en action à la Coupe du Monde l’année dernière, à savoir Fanfan Nagamah. L’autre demi-finale de cette catégorie mettra aux prises Darren Matelot et Jérémie Agathe. Il est à noter que Matelot se trouve également dans la présélection pour les championnats du monde, au même titre que William Bouton. Quant à Laurent Samson, il croisera le fer avec Dario Narayanasamy dans la catégorie -71 kg. Ce tireur avait déjà fait ses preuves la saison dernière en remportant le tournoi à cachet disputé à Riche-Terre.
Par contre, les trois tireurs sélectionnés pour les championnats d’Afrique, à savoir Burtlan Simiss, Facson Perrine et Boris Brissonnette, ne seront pas en action cet après-midi. « La compétition continentale, prévue début avril, est beaucoup trop rapprochée. Nous voulons éviter tout risque de blessure », souligne Judex Jeannot. Certes, ces tireurs n’ont disputé aucun combat depuis octobre de l’année dernière, soit lors des championnats du monde au Brésil. Toutefois, selon l’entraîneur national, ils compenseront cela par leur expérience de la haute compétition et le fait d’avoir eu un nombre intéressant de sparring-partners lors des séances d’entraînement.
Une cinquantaine d’entrées ont été enregistrées pour cette première compétition de la saison.