Après avoir peiné à trouver ses marques depuis son arrivée à Maurice en début d’année, le Rodriguais Linley Perrine semble enfin s’y faire à son nouvel environnement. Il s’est d’ailleurs imposé aux points lors de son combat qui l’a opposé au Sud-Africain  Kevin Smith. Une nouvelle qui réjouit l’entraîneur national, Judex Jeannot, en marge de la participation mauricienne pour les Championnats du monde juniors de low kick, prévus du 6 au 14 septembre en Italie. Linley Perrine défendra les couleurs de Maurice dans la catégorie des moins de 60 kg, tandis que William Bouton et Laurent Samson seront, eux, engagés ches les moins de 51 kg et 67 kg respectivement.
Son adaptation a été difficile depuis que les dirigeants de la Fédération mauricienne de Kick-Boxing et des Disciplines Assimilées l’ont fait venir à Maurice. Privé de victoire en compétition locale, Linley Perrine s’est finalement imposé en Afrique du Sud et ce, sous l’oeil de son entraîneur rodriguais, à savoir Jean-Claude Spéville, qui avait été désigné pour accompagner les six tireurs. « Cette première victoire de Linley me fait énormément plaisir dans la mesure où elle a été acquise, selon Jean-Claude (Spéville), avec la manière. Il a livré un joli combat et je trouve que c’est de bon augure en vue des Mondiaux de septembre. Il faudra maintenant qu’il continue à travailler dur, afin de passer un autre palier à cette compétition. Ce qui me rejouit le plus, c’est que Linley est plus à l’aise et s’est adapté aux nouvelles conditions d’entraînement », a déclaré Judex Jeannot.
Ce dernier a ajouté que Linley Perrine a confirmé le progrès accompli depuis qu’il est à Maurice. « Je trouve que Linley a gagné en confiance. Il est beaucoup plus à l’aise dans son action et on retrouve les qualités dans ce jeune que nous avions vu à Rodrigues. C’est très bon signe », a indiqué Judex Jeannot. Il se réjouit de l’évolution de la situation, car à son arrivée, Linley Perrine avait perdu ses repères et n’arrivait pas à s’adapter aux nouvelles conditions d’entraînements, beaucoup plus intensif que ce qu’il a connu chez lui. « En salle, Linley a beaucoup progressé et il l’a prouvé sur le ring également. Il a retrouvé de bonnes sensations et est plus percutant. A deux mois de la compétition, il devra poursuivre sur ce rythme sinon plus », s’est réjoui Judex Jeannot.
Ce dernier a souligné que Linley Perrine et les cinq autres tireurs ont eu à évoluer dans des conditions difficiles à East London dans le sens où la température était à zéro, et encore a chuté à moins deux degrés. « Je me souviens que lors de notre premier déplacement en Afrique du Sud, remontant à cinq-six ans , nous étions confrontés aux mêmes conditions. Ce n’était pas évident pour nos tireurs, mais le bon côté demeure leur attitude. Ils ont bien boxé et ont fait fi du froid », a expliqué l’entraîneur national.  Malgré sa défaite en Afrique du Sud, Judex jeannot dira que William Bouton est également en progression.
Laurent Samson qui n’avait lui pas fait le déplacement a repris les entraînements. Le tireur, qui avait connu des petits soucis de santé, est, selon l’entraîneur national, complètement remis. « Avec le Dr Allan Naraidoo, nous avions pris la décision ne le ménager et de ne pas le faire participer à ce déplacement en Afrique du Sud. Nous ne voulions en aucun cas prendre de risques et compromettre ses chances pour les mondiaux d’Italie », a-t-il expliqué.
8 ans de disette chez les juniors
D’autre part, Judex Jeannot a expliqué que les entraînements se déroulent dans de bonnes conditions et que les trois tireurs peuvent compter sur de bons sparring partners que sont Fabrice Bauluck, Burtlan Simisse et autres Facson Perrine. « Dans le passé, les Fabrice Bauluck et Niven Ramasubhu sont partis vers l’inconnu. Heureusement qu’en deux occasions, ils ont ramené des médailles. De nos jours, nos jeunes peuvent compter sur ceux qui ont brillé aux Mondiaux seniors. Ce qui est un avantage sûr », a-t-il souligné.
En revanche, Judex jeannot redoute le fait que les jeunes d’aujourd’hui n’aient pas les mêmes qualités psychologiques qu’il y a dix ans. Qui plus est, Maurice ne peut plus compter sur l’effet surprise dans la mesure où ses tireurs sont désormais très attendus dans des compétitions de haut niveau. « Avec cette nouvelle configuration, la situation est devenue très compliquée pour ceux qui se lancent au plus haut niveau comme ce sera le cas pour nos trois représentants en septembre prochain. »
L’entraîneur a ajouté que depuis le dernier sacre de Fabrice Bauluck en 2006 chez les juniors, Maurice n’a plus brillé. « C’est sûr aussi que la compétition est devenue plus dure. Il y a plus de pays et de participants. A titre d’exemple, les Mondiaux de 2012 avaient réuni quelque 1600 participants dans les différents styles et une cinquantaine de pays, alors qu’il y a dix ans, il y avait une trentaine de pays présente. » Il n’empêche, a-t-il souligné, que Maurice a aussi progressé au cours de ces dernières années et ce, grâce à un meilleur encadrement et un meilleur soutien du ministère de la Jeunesse et des Sports et des partenaires financiers.
L’objectif sera donc de réaliser une bonne performance à ces Mondiaux et de ramener au moins une médaille. « J’espère que nous décrocherons une médaille. Je dirai même qu’on doit gagner une médaille. J’ai bien fait comprendre aux tireurs nos attentes. Mais en même temps, ce sont des jeunes et il ne faut pas trop leur  mettre la pression. Je pense qu’ils croient dans leurs chances comme nous, nous croyons en eux. La performance des seniors de l’année dernière aux Mondiaux du Brésil leur a définitivement été profitable », a conclu Judex Jeannot.