Après en avoir parlé depuis plus de six mois déjà, la première ligue professionnelle de  football débute positivement ce mercredi 29 octobre avec la première journée qui se poursuivra le mercredi 5 novembre. Mais déjà aujourd’hui avec la Charity Cup qui mettra aux prises la formation de Cercle de Joachim à celle de Petite Rivière Noire, le public mauricien amateur de football local aura à se faire une idée de ce qui l’attend pour le reste de la saison. Attendons voir…
Dix équipes sont en compétition pour cette première couronne et la Mauritius Professionnal Football League, qui a obtenu les droits de la Mauritius Football Association (MFA) d’organiser ce championnat, a opté pour une compétition avec les équipes qui étaient déjà en action dans la Premier League. C’est ainsi que nous retrouvont pour cette première journée de mercredi l’ASPL 2000 face à l’AS Quatre-Bornes au stade George V, La Cure Sylvester face à Pamplemousse SC sur la pelouse synthétique du stade St François Xavier, Chamarel FC contre AS Rivière du Rempart dans son fief à Anjalay pour conclure le mercredi 5 novembre avec deux rencontres, nommément Petite Rivière Noire, qui retrouvera le Cercle de Joachim, cette fois à Bambous, et le CSSC contre l’Entente Boulet Rouge/Riche Mare Rovers à Curepipe.
A la lumière de la tournée des équipes, il est claire comme l’eau de roche que la formation de Samir Sobha, le Cercle ce Joachim se présente avec l’étandard de favori dans cette compétition. Déjà avant même l’arrivée de la Ligue Professionnelle,, Samir Sobha avait jeté tout le poids financier qu’il représente pour faire de cette formation, issue des compétitions régionales de Curepipe, une équipe phare de Maurice. Sans compter que son représentant au sein de la MFA, qui se trouve être aussi le président, dispose des facilités pour obtenir les meilleurs joueurs étrangers. Notamment à Madagascar et au Ghana. C’est sans surprise que la formation entraînée par Joseph Tshupula compte dans ses rangs quatre joueurs de Ghana, nommément Koby, Ibrahim, Mohamed et Isaac.
Face à la formation Curepipenne, les autres équipes font pale figure, y compris l’ambiteuse équipe de l’ASPL 2000. Visiblement les Pourlousiens semblent avoir pris du retard dans leur préparation et devaient mettre les bouchées doubles pour retrouver sa vitesse de croisière. Attention, dans cette ligue professionnelle, aux équipes de Chamarel et de Rivière du Rempart. Deux formations qui avaient très vite repris les chemins de l’entraînement et devraient être à même de tenir tête aux leaders. Y compris le CSSC qui tente de reprendre les couleurs après une saison 2013 en dents de scie.
Reste que ce championnat professionnel est aussi le dernier sérum qui est donné au football mauricien à l’agonie depuis 1999. Il va sans dire qu’en attendant l’arrivée du betting dans cette compétition qui est plus qu’une évidence, ces dix équipes ont une dernière chance de démonter que le public peut leur faire confiance et que finalement tous ces millions de roupies qui ont été investies sur ceux ne comptent pas pour du beurre.