François d’Assise fait l’unanimité autour de lui. Très Saint Père, vous l’avez choisi comme patron pour votre pontificat, devenant ainsi le Pape François, Pape des Pauvres et de la Paix.

Merci, très Saint Père pour ces quelques leçons sur la politique :

Pape François : « La bonne politique est au service de la paix »;

« La vraie démocratie ne peut jamais dire pour le peuple mais non avec le peuple » (4 mars 2019)

Le Pape François a affirmé que la politique n’est pas « réservée aux seuls gouvernants », chacun étant « responsable de la vie de la cité ». « Nous sommes tous responsables de la vie de la cité, du bien commun, et la politique est aussi bonne dans la mesure où chacun fait sa part au service de la paix » (à l’occasion de la première bénédiction de l’Angélus de l’année 2019).

La politique est “une voie exigeante de service et de responsabilité” (Discours du Pape François, 23 novembre 2018).

Pour le Pape, la nouvelle sensibilité culturelle émergente offre trois lieux de rencontre privilégiée : les femmes, les jeunes et les plus pauvres. Ces trois catégories de personnes doivent être regardées comme « sujets de changement et non comme simples objets d’assistance ».

Les « vices de la politique ». Ceux-ci, estime le Pape, peuvent être liés à une « inaptitude personnelle » ou à des « déformations » dans les institutions ou dans l’entourage des personnes de pouvoir. « Honte de la vie publique, ces vices ruinent la crédibilité des institutions et affaiblissent l’idéal démocratique. Parmi les vices cités, se trouvent notamment la corruption, le racisme et la xénophobie, l’arbitraire, la surexploitation des ressources ou encore le maintien exagéré au pouvoir ».

Très Saint Père, à l’occasion de votre visite à Maurice le 9 septembre et des élections générales, qui viennent bientôt en notre République, veuillez laisser à nous tous Mauriciens un message sur, justement, la politique et la voie de service. Merci d’avance !

MICHAEL ATCHIA