La laïcité est une règle de vie en société démocratique. Elle impose que soient données, aux hommes sans distinction de classe, d’origine, de confession, les moyens d’être eux-mêmes, libres et comptables de leurs engagements, responsables de leur épanouissement, maîtres de leur destin. Elle recouvre, pour chaque citoyen les droits et devoirs relatifs à l’éducation, à la culture, à la participation. Elle s’oppose fondamentalement à tout système oppresseur. C’est réduire la laïcité à des dimensions qui ne sont pas les siennes, en en faisant une simple opposition de croyance et de non croyance.

Paul de Souza

Si, au cours des temps, la laïcité a été considérée comme le fait de contenir les Eglises (notez le pluriel) dans un rôle purement religieux et notamment d’interdire à celles-ci le pouvoir exclusif d’enseigner, c’est parce qu’elles s’étaient arrogé le monopole de l’enseignement, comme celui d’ailleurs, il n’est pas inutile de le rappeler, de l’état civil et de l’hospitalier. Une société autoritaire se reproduit intégralement par le système d’éducation qu’elle s’est choisi. Les clercs au service des privilégiés prodiguaient un enseignement ségrégatif : excluant a priori la plèbe de l’accès au savoir, les clercs formaient d’une part, ceux destinés à commander, d’autre part, ceux condamnés à obéir. Est-on sûr que la part du feu étant faite, la situation soit aujourd’hui sur le fond très différente? Certes, la laïcité n’est plus à conquérir ! Mais elle doit être défendue, car la réaction est au cœur de tous les débats. Le combat se développe sur d’autres terrains.

Les affrontements sont parfois moins brutaux. Les agressions ont pris d’autres formes souvent sournoises ! Mais aussi longtemps que n’aura pas été fondée, dans le cœur et dans la raison, la démocratie vraie qui prendra en charge prioritaire la défense de tous les individus dans leur dignité d’être, les laïques vigilants, opiniâtres et déterminés devront lutter… La tolérance n’est pas une vertu innée ! C’EST QUOI ÊTRE LAÏQUE ? Être laïque, ce n’est point interdire à l’homme le rêve et la perpétuelle recherche de Dieu, c’est revendiquer pour la vie présente l’effort du Devoir. Ce n’est point violenter, ce n’est point vouloir mépriser les consciences encore détenues dans le charme des vieilles croyances. C’est refuser aux religions qui passent, le droit de gouverner l’humanité qui dure.

Ce n’est point haïr telle ou telle Eglise ou toutes les Eglises ensemble. C’est combattre l’esprit de haine qui souffle parfois des religions et qui fut cause de tant de violences, de tueries et de ruines, et dont on peut dire que dans toutes les religions positives, il a toujours partout favorisé un rétrécissement de l’Univers.

Être laïque, c’est ne prendre son parti d’aucune ignorance, ni d’aucune misère. C’est livrer bataille au nom de la Justice.