Photo illustration

Un policier de la Special Supporting Unit (SSU), affecté devant le portail des Casernes centrales, a mis la main mardi sur un escroc présumé après une alerte donnée par une victime présumée. Un entrepreneur âgé de 24 ans, qui a porté plainte à la police, a d’abord expliqué qu’il tient un salon de coiffure à Plaine-Verte.

De temps à autre, un septuagénaire résidant à Pereybère venait chez lui pour une coupe. Au fil des conversations, ce dernier aurait prétendu qu’il était le propriétaire d’une flotte de véhicules comprenant des voitures, camions, taxis et autobus, et d’une auto-école, où des personnes qualifiées donnent des cours. Le jeune homme était très intéressé à obtenir un permis de conduire pour autobus, possédant déjà un pour voiture. En décembre de l’année dernière, le suspect a remis au jeune homme un formulaire du MITD qu’il a eu à remplir.

Puis, en trois occasions, ce dernier a remis au septuagénaire une somme de Rs 15 000 représentant les frais des cours qui devaient débuter le 3 janvier. Ne constatant rien après cette date, le coiffeur a pris contact avec le septuagénaire qui trouvait des excuses, disant que les cours débuteraient ultérieurement. Lors d’une conversation, selon le plaignant, son interlocuteur lui a répondu : « Gete ki to pou fer, pena kour kondir. Mo pa pou rann twa to Rs 15 000. » Mardi, le jeune homme s’est rendu près des Casernes centrales dans l’espoir d’apercevoir l’homme à qui il avait affaire. Et il a vu ce dernier alors qu’il entrait dans l’enceinte des Casernes centrales. C’est alors que le plaignant a sollicité l’aide du policier de la SSU à qui il a raconté sa mésaventure.

Ce dernier s’est mis à courir derrière le suspect pour l’arrêter avant de le remettre à ses collègues du poste de Line Barracks. Le jeune homme a alors déposé une plainte formelle en montrant aux enquêteurs les messages et appels qu’il avait échangés avec le suspect sur son portable. Sur les instructions de l’ASP Govinda Reddi, le suspect a été placé en détention au poste de La Tour Koenig.

Il était attendu au tribunal de Port-Louis hier et pour qu’une accusation provisoire d’escroquerie soit retenue contre lui. L’enquête se déroule sous la supervision de l’ACP Cally.