Samantha Chowrimootoo avait été inculpée à titre provisoire de trafic de drogue le 19 mai 2016

L’épouse de Curly Chowrimootoo, qui purge actuellement une peine de 22 ans de prison pour possession et trafic de drogue, a logé une demande de “judicial review” devant la Cour suprême. Elle conteste la décision de la Bail and Remand Court de ne pas lui accorder la remise en liberté conditionnelle.

Dans le document rédigé par son avoué, Me Pazany Thandarayen, Samantha Chowrimootoo avance que le 12 avril dernier la Bail and Remand Court lui avait refusé la liberté conditionnelle en se basant sur les arguments de la police selon lesquels « elle risque de prendre la fuite et récidiver si elle est en liberté ». Elle soutient que la police avait déclaré que l’enquête sur elle était au stade final alors que deux ans après elle est toujours en détention préventive. L’épouse de Curly Chowrimootoo évoque une injustice et estime qu’elle subit « une punition » avant même d’être jugée. Elle affirme que sa famille et ses deux enfants sont à Maurice et qu’elle « n’a aucune raison de quitter le pays ». La motion sera appelée devant le juge Asraf Caunhye le 20 août.

Samantha Chowrimootoo avait été inculpée à titre provisoire de trafic de drogue le 19 mai 2016, après la saisie de 5,5 kg d’héroïne d’une valeur de Rs 100 millions, à son domicile à Résidence Kennedy, Quatre-Bornes. Curly Chowrimootoo avait é té condamné à 22 ans de prison par la Cour d’assises. L’année dernière, il a écopé de cinq ans de prison pour blanchiment d’argent. Il é tait accusé , de même que Bibi Hapsa Khoyratty, d’avoir transféré des sommes d’argent à l’étranger pour faciliter l’importation de drogue à Maurice. Ils avaient tous deux été arrêtés après une enquête sur deux Malgaches, qui avaient importé de la drogue à Maurice. Curly Chowrimootoo é tait accusé d’avoir, le 15 octobre 2010, utilisé un prête-nom pour transférer la somme de Rs 46 200 sur le compte d’un dé nommé Swaleh Ahmed, en Tanzanie.