Comme il faut y avoir un ou deux ministres chaque année sur la liste des décorés, question de ne froisser ni frustrer les troupes, cette année, c’est Mookhesswur Choonee et Satish Faugoo, respectivement ministres des Arts et de la Culture et Attorney General et ministre de l’Agro-Industrie qui sont sur la liste des récipiendaires du titre de Grand Officer of The Star and Key of Indian Ocean. La cuvée 2014 est comme les années précédentes, beaucoup d’amis personnels du Premier ministre, une liste partisane dotée d’un bon dosage ethnique et quelques exceptions près comme Marguerite Labat qui, à 101 ans, a gardé sa voix chantante et son sens de la communication joyeuse, ou Mahmad Ally Dahoo, qui fut un grand commissaire électoral adjoint.
C’est vrai que les deux ministres récompensés se sont illustrés à leur manière. Celui qui est ministre des Arts et de la Culture et qui — quel malheureux hasard — a essuyé un bide au niveau de la mobilisation pour ce 12 mars 2014 avec le plus faible taux de participation à des festivités nationales depuis mars 1982, récompensé « for contribution in the political and diplomatic fields », a en effet une riche carrière politique.
Plus connu comme Rajesh Choonee alors qu’il débutait son engagement public comme animateur de l’aile jeune du MSM, il fera ses premières armes en politique en tant que candidat aux élections générales de 1991 à Mahébourg/Plaine Magnien. Élu sous la bannière de l’alliance MSM-MMM, il occupera le poste de ministre des Arts et de la Culture jusqu’au raz de marée de l’alliance PTR-MMM de décembre 1995.
Mukeshwar Choonee fait son come-back en 2000 de nouveau sous les couleurs d’une alliance MSM-MMM. Il est cette fois élu à Montagne Blanche/Grande Rivière Sud Est et accède au poste de ministre du Logement, une affectation qui sera la source de quelques ennuis puisqu’il est arrêté par l’ICAC sous une charge provisoire de corruption en 2003, ce qui l’avait éloigné d’un maroquin jusqu’aux élections de 2005, année où il abandonna le MSM pour rejoindre la formation — la énième créée par Anil Baichoo — Mouvement Social Démocrate, laquelle s’allia éventuellement au PTr.
Écarté de la liste de candidats de l’Alliance sociale en 2005, il va atterrir au haut-commissariat mauricien à New Delhi et reviendra en 2010 briguer les suffrages au N°6, Gand Baie/Poudre d’Or, sa troisième circonscription, et il retrouve ensuite le poste de ministre des Arts et de la Culture où il exerce toujours.
Plutôt discret, il avait fait grand bruit en 2010 lors d’une activité socioculturelle, à l’occasion du cinquième anniversaire de la Vaish Welfare Association de D’Epinay, où il avait déclaré à l’auditoire présent que ce dernier avait plus de droits que les autres étant donné qu’il se trouve dans la circonscription du Premier ministre. Navin Ramgoolam, absent du pays au moment des faits, fit vite publier un communiqué par son service de presse et pris ses distances de cette sortie intempestive mais devait plus tard, alors qu’il était interrogé au Parlement par Joe Lesjongard, décréter que les propos de son ministre avaient été mal rapportés.
« Être un modèle comme moi »
Si on veut avoir une idée de la personnalité de Rajesh Choonee, nul besoin d’aller le voir danser le Gangnam Style au Rabindranath Tagore Institute ou de l’écouter taper sur une ravanne, tout se résume en fait dans le portrait « en toute intimité » dressé de lui hier par l’express où, à la question « la qualité que vous préférez chez un homme », il a cette réponse éclairante : « être un modèle, comme moi ».
Autre indication de ce caractère très particulier, c’est lorsqu’invité, dans ce même entretien En toute intimité, à dire comment il aimerait mourir, il répond : « Je ne veux pas mourir, j’aimerais être éternel avec ce sourire qui est mon trademark. » Est ainsi résumé tout le personnage qui vient d’être décoré par le Premier ministre.
Lui doit sa distinction à sa « contribution in the legal and political fields ». Satish Faugoo était magistrat lorsqu’il démissionne en mars 1998 pour se présenter comme candidat du PTr à l’élection partielle d’avril de la même année à Flacq/Bon Accueil, scrutin qui avait été rendu obligatoire en raison du décès de Gian Nath.
Élu avec 14 000 voix en raison de la division des votes dans l’opposition entre sir Anerood Jugnauth (12 000 voix) et Madan Dulloo (5 000 voix), il est aussitôt fait ministre du Logement, poste qui lui vaut pas mal de critiques et de dénonciations au point que, lors d’un remaniement, il est muté au ministère du Travail et de l’Emploi.
À peine deux ans après sa première députation, Navin Ramgoolam ne le juge même pas apte pour une investiture aux élections de 2000. Il fera son come-back aux côté du Premier au N°5 en 2005 et occupera le poste de ministre de la Santé avant d’être muté à l’Agriculture. Le Premier ministre a eu fort à faire pour le faire élire étant donné son impopularité.
Il sera dès l’année suivante confronté à un scandale connu comme l’affaire Rose Garden, du nom d’un morcellement entrepris par un agent travailliste du N°5. C’est pas moins que 159 arpents que cet agent a acquis au nom d’un consortium à Rs 1,3 million l’arpent pour un projet qui avait pour nom Little India.
L’affaire devait prendre une autre tournure lorsque le ministre Faugoo est intervenu auprès du board de Rose Belle S.E. pour lui donner des directives contre le promoteur, qui avait modifié l’orientation de son projet en résidences avec cette fois un prix de Rs 7 millions l’arpent, soit cinq fois le prix auquel il avait acheté ces terres de l’établissement public de Rose Belle. Des promesses d’enquête furent faites mais deux ans après, rien de probant n’est sortit de ce dossier, sauf que le ministre a eu sa décoration républicaine.
Également faits GOSK, Bahim Jeetoo, Amrita Kistamah, candidate battue du PTr au N°20 en 2000 et repêchée dans un organisme de l’éducation, Madeleine Lee, Dev Manraj, qui fut un proche de SAJ avant de se découvrir une affinité avec le Premier ministre, ce qui lui a valut d’être tour à tour conseiller, correcteur du rapport du PRB et aujourd’hui secrétaire financier, Raymond d’Unienville, avocat de la MBC notamment mais aussi historien, le Dr Sulleman Moreea, Jacques Laval Panglose, un membre de la direction du PMSD qui a, dans le passé, fait parler de lui pour avoir été sanctionné après qu’il avait craché sur le Magistrat Karl Abraham, le Dr Pauvaday, Raja Ramdhaursingh, ancien membre du think-tank de Navin Ramgoolam et ancien président de la SBM qui a fini par atterrir au sein du groupe Currimjee, Rohit Ramnawaz, un intime du leader du PTr et qui, à ce titre, a le privilège d’être le président d’Airports of Mauritius Ltd tout en étant aussi membre du conseil d’administration de la State Bank of Mauritius, l’avoué Georges André Robert et le Dr Georges Tsang.
Après Jayraj Woochit en 2013, place à Ranjiv Woochit en 2014
Dans la catégorie des Commander of the Star and Key of Indian Ocean (CSK), Premcoomar Beeharry, ancien haut fonctionnaire qui est depuis quelques années le président du Central Procurement Board, Asant Govind, Kwet Cheong Li Kwong Ken, Beebee Feroza Maudarbaccus-Moolna, qui a longtemps exercé au State Law Office, Romeela Mohee, une apparentée de Dev Manraj qui a coiffé tous ses concurrents au poteau pour devenir Pro Vice-Chancelor de l’université de Maurice, Narainsamy Loganaden Rama Naiken, Hemraj Ramnial, le directeur de la MEXA, Jane Valls, Sattar Aboobakar, qui a été une des chevilles ouvrières de la MEDIA avec Chand Bhadain, Nareeman Bauluck, le Dr Awotarsingh Bhantooa, Chandranee Bhuckory, la mère de l’avocat du PM Sanjay Bhuckory et tante du ministre Arvin Boolelll et du DPP, Satyajit Boolell, Aimée Chasle, la veuve de Raymond Chasle, qui préside depuis des années un organisme qui s’appelle CLAC, Mala Chetty, François Chung Ah Pong, Patrice Curé, ancien diplomate de carrière, Bhagtaraz Gunessee, Vishnu Nursee, le Dr Dev Anand Rajcoomar, Shyamdath Roy, Amma Sunassee, Kan Kwong Wan Hok Chee et Ranjiv Woochit, président du conseil de district de Pamplemousses, une des agglomérations de la circonscription du Premier ministre,
Ont été faits Order of the Star an Key of the Indian Ocean (OSK), Fabrice Bauluck, un médaillé d’or mondial qui mérite amplement la reconnaissance de la République, Sunil Beerbul, Pandit Yashwanlall Chooromonay, Sylvette Davy, Chit Dukhira, étroitement associé à l’histoire de l’administration régionale, Bahim Emrith, Norbert Froget, ancien maire bleu des villes soeurs, Isnoo Govinda, Ahmud Anwar Hisaund, Ameene Kodabux, Marguerite Labat, Ginette Lan Yee Chiu, Chandranath Manaroo, Régina Maudar, une proche de Xavier Duval qui a été maire de la ville de Quatre-Bornes, Jacqueline Olla, Jugduth Seegobin, Kreepalloo Sunghoon, très actif dans le secteur agricole, Soobarruth Tauckoor et l’haltérophile Shalinee Valaydon.
Parmi les récipiendaires du titre de simple Member of the Star and Key of the Indian Ocean, les personnes suivantes : Christiane Capdor, l’ancien Commissaire Electoral Adjoint Mahmad Ally Dahoo, qui a, avec raison, déploré sur les ondes de Radio Plus qu’il ait été honoré à un échelon aussi inférieur, Lan Man Him Lau Yu Kam, le capitaine Ponampalum, Babu Amarsing Ramchurn, Mustwafa Roojee, Seetwantee Seeburrun et Rujbunsingh Seenundun.
Les autres titres octroyés sont le President Distinsguished Service Medal, le President Meritorious Service Medal, le President’s Badge of Honour et President’s Certificate of Honour qui récompense fonctionnaires, policiers et officiers du service pénitentiaire. Parmi ls décorés, l’inspecteur Moorghen, affecté à Rodrigue et qui avait eu maille à partir avec sa hiérarchie en raison du zèle mis à élucider des cold cases à Rodrigues. Malgré un véritable dossier à charge monté contre lui et repris chez nos confrère de l’express, il semble que cela n’a pas empêché qu’il ait la reconnaissance de la République.