Seul manquait à l’appel Showkutally Soodhun, en mission en Inde, mais c’est en compagnie de tous les autres tous les membres de son front bench élargi composé de Xavier Duval, Ivan Collendavelloo, Vishnu Lutchmeenaraidoo et Pravind Jugnauth avec aussi l’Attorney General Ravi Yerrigadoo, du ministre de la Bonne gouvernance Roshi Bhadain, et du ministre de l’Industrie et du Commerce, que le Premier ministre a tenu sa première conférence de presse.
Après quelques minutes de présentation du dossier Betamax (voir hors-texte) et son engagement renouvelé de revoir les contrats et fouiller dans les scandales de l’ère Ramgoolam et sa réaffirmation de mettre un frein au gaspillage et de favoriser une culture de la transparence et de la bonne gouvernance et une dénonciation de l’attentat barbare contre Charlie Hebdo, la presse a tenté d’en savoir un peu plus sur les dossiers qui font la une ces jours-ci, mais sans grand succès.
Le dossier L’Amicale pour commencer. Sera-t-il rouvert ? “C’est un cas beaucoup plus compliqué. Il faut qu’il y ait une loi qui nous permette d’obtenir de nouveaux témoignages pour rouvrir l’enquête. Nous avons dit que nous passerions cette loi. Mais vous savez très bien que l’Assemblée n’a pas encore siégé en ce début d’année. Il faut nous donner un peu de temps.”
Les autres dossiers auxquels le gouvernement va s’attaquer ? “Nous allons voir tous les cas où il faut intervenir et nous interviendrons. Je n’ai pas une liste là… “. L’aéroport par exemple ? “L’aéroport est en train de changer par lui-même”, répond-il sur son ton sec habituel.
Sur Roches Noires, une accélération ? Là, la réponse est un peu plus élaborée, tout en n’étant pas plus éclairante. “Je ne vois pas pourquoi une accélération est nécessaire. L’enquête doit prendre le temps qu’elle doit prendre. Je ne vois pas qu’on a pris beaucoup de temps dans cette enquête. L’enquête vient de commencer et, déjà, je suis satisfait que la police ait fait un progrès énorme. Laissons-les terminer leur enquête. Mais je suis de plus en plus certain qu’il y aura des poursuites dans cette affaire”. L’ancien Premier ministre serait-il concerné par ces poursuites ? “Il y aura des cases contre toute personne qui est impliquée.”