Huit sur huit. Résultat parfait pour la sélection mauricienne de kick-boxing, samedi au complexe sportif de Beau-Bassin. Un véritable récital face aux Sud-Africains et aux Réunionnaises lors de cette compétition connue comme Les guerriers du kick et qui laisse présager de belles perspectives à l’approche de la Coupe du Monde prévue en Hongrie vers la fin du mois prochain.
Même si la soirée a débuté avec un certain retard, il n’en demeure pas moins que les trois premiers combats internationaux ont été expéditifs. Opposé à Heinrich Bestbier chez les juniors, Warren Robertson a confirmé qu’il faudra compter avec lui aux prochains championnats du monde de cette catégorie l’année prochaine. Survolté et réalisant des enchaînements pieds-poings, il mettait le Sud-Africain en difficulté dès la première reprise et ce dernier était compté une première fois. Acculé dans les cordes face au déluge de coups de son adversaire, Bestbier était de nouveau compté au round suivant, avant que l’arbitre ne mette fin à ce duel à sens unique. Reste que le combat suivant n’ira pas au-delà de la première reprise. Alors que son affrontement face à Yaseen Khan paraissait fort engagé, Emmanuel Dalon lui expédiait un high-kick sous le menton, le mettant K.O. pour le compte. Le duel n’aura duré qu’une quarantaine de secondes.
De son côté, la Réunionnaise Alicia Boto ne faisait définitivement pas le poids face à Annaëlle Coret. Les enchaînements de la vice-championne du monde juniors forçaient la tireuse de l’île soeur à se réfugier dans les cordes, tout en refusant le combat. Elle sera ainsi comptée en trois occasions, avant que l’arbitre, après moins d’une minute de combat, ne mette un terme à ce combat beaucoup trop facile pour Coret. Victoire avant la limite également pour Jessica Jocelyn. Opposée à Mélissa Nassibou, elle a graduellement pris l’ascendant à partir de la deuxième reprise, tout en faisant valoir son expérience. La Réunionnaise sera alors comptée en trois occasions et déclarée perdante vers le milieu du troisième round.
Toutefois, les autres combats devaient s’avérer plus équilibrés, et deux d’entre eux devaient se solder à la majorité des juges, notamment celui qui mettait aux prises Boris Brissonnette à Rodney Cornellision. Pour son retour sur la scène internationale, le premier nommé a sans doute manqué de précision dans ses tentatives, alors que son adversaire misait sur les high-kicks, surtout au deuxième round. Le fait d’avoir mieux terminé le combat a peut-être fait pencher la balance en faveur de Brissonnette. Par contre, la jeune Stania Rathbone a mis la pression d’entrée face à la Réunionnaise Naëma Asvat. Une débauche d’énergie qui a sans doute joué contre elle, car elle a terminé le combat sur les genoux. Toutefois, deux des trois juges trancheront en sa faveur.
De leur côté, Brian Jameer et James Agathe ont fait la différence à l’unanimité des juges. Le premier nommé s’est montré fort entreprenant face à Émile Blitz, même s’il avait parfois des difficultés à forcer la garde de son adversaire. Toutefois, le Sud-Africain devait être gêné par un saignement du nez et la victoire de Jameer ne souffrait d’aucune contestation. Il en aura été de même pour James Agathe, qui a confirmé par la même son succès l’année dernière face à Adriaan Van Wyk. Cette fois, ce dernier a pu tenir jusqu’à la limite, même si Agathe a accéléré la cadence à partir du deuxième round, tout en alliant le côté spectaculaire à ses tentatives. Le tireur mauricien avait promis de tout remporter cette saison. Il s’est déjà engagé dans cette voie.