Dans une lettre qu’il a adressée à Dhun Iswar Rampersad, Commissaire de police, Me Rama Valayden, qui est assisté de Me Neelkanth Dulloo comme avocat de Giovanni Leboeuf, demande que de nouveaux examens ADN soient effectués à partir des pièces à conviction prélevées sur la scène du meurtre de Cindy Lutchmee, une jeune femme qui a été étranglée dans une chambre d’hôtel à Pointe-aux-Sables dans la nuit du 5 au 6 juin 1996. Giovanni Leboeuf complétera son temps d’emprisonnement en mars 2019.
Le prisonnier avait été condamné à 45 ans de prison, sentence obligatoire pour tous ceux trouvés coupables d’assassinat et de trafic de drogue d’une valeur dépassant Rs 1 million. Elle fut maintenue par la Cour suprême, son appel ayant été rejeté le 6 juin 2000. Toutefois, un amendement a été voté en 2007 au Criminal Procedure Act, afin de laisser le soin aux juges de la Cour d’Assises de choisir eux-mêmes la sentence à être imposée, alors que Me Valayden était lui-même l’Attorney General. Le Chef juge, Bernard Sik Yuen, et le juge Paul Lam Shang Leen, ont donné gain de cause à Mes Raouf Gulbul et Pazhani Rangasamy, hommes de loi de Leboeuf, et ont ramené la période d’emprisonnement de 45 ans à 30 ans. Dans leur jugement, rendu le 10 février 2009, les juges ont pris en considération plusieurs faits présentés dans la motion de l’avoué et de l’avocat et qui avaient été jugés favorables à Leboeuf.
Dans sa lettre, Me Valayden rappelle que son client avait dès le premier jour de son arrestation clamé son innocence par rapport à ce meurtre, assurant qu’il n’a pas été mêlé, de près ou de loin, à cette affaire.
Au moment du crime, dit-il, l’ADN n’était pas disponible, la seule preuve scientifique pouvant lier l’accusé à la mort de la victime était que son sang était du même groupe de celui de la victime. « In this connection », souligne Me Valayden, « with the blood group it is of common knowledge that one can share the same blood group of any other person to the ratio of 4 : 1. In these premises, I pray that a DNA test be carried out in order to find out whether the profiles found on the dead body, and/or on the clothes, and/or the mattress, and/or the floor of the room of the hostel be further analysed to be compared with the DNA profile of M. Giovanni Leboeuf, whose DNA profile is already with the Police. »
L’avocat fait également remarquer que son client a déjà passé plusieurs années en prison, où il passe pour être un prisonnier exemplaire, servant même de modèle. « Il est resté toujours calme, malgré le fait que d’autres personnes mêlées dans la même affaire ont dit publiquement qu’il n’avait rien à faire avec ce meurtre ».
Soulignons que Leboeuf avait 18 ans au moment où Cindy Lutchmee a été tuée. Celle-ci avait une année de moins que lui. Les deux se connaissaient et vivaient pratiquement comme des concubins, malgré le fait que la jeune femme se prostituait.