À mesure qu’approche la levée du confinement, Hector Espitalier-Noël, Chief Executive Officer (CEO) du groupe ENL, a rassemblé ses principaux chefs d’équipes lors d’une visioconférence, leur livrant le message suivant : « Je vous recommande de mobiliser vos équipes. Nous allons devoir faire preuve d’agilité, d’imagination et de courage pour traverser les prochains mois. Et je sais qu’on n’en manque pas chez nous. » C’est en effet en ces termes qu’il a interpellé les quelque 80 dirigeants opérationnels du groupe.

« Je sais bien que l’élaboration de nos Business Plans est rendue difficile par le manque de visibilité sur la durée et la profondeur de la pandémie », a fait comprendre le chef de file d’ENL. D’où cette séance centrée sur les répercussions économiques de la crise pour les activités d’ENL, les perspectives de reprise et les grandes tendances qui se dessinent en termes de comportement des entreprises et des consommateurs à Maurice et dans le monde. La session était facilitée par EY Paris, qui accompagne le groupe dans l’élaboration de son Business Plan, « Cap 23 », à l’horizon 2023.

Déjà passablement avancées dans la préparation de leurs plans lorsque la crise sanitaire a signé l’arrêt des activités, les équipes d’ENL doivent à présent les revisiter en tenant compte du changement fondamental dans l’environnement des affaires. Pour Hector Espitalier-Noël, l’heure est à l’action. Ce dernier insiste pour que chaque chef d’entreprise ait une vision de ce qui doit être fait dans l’immédiat, tout en intégrant les répercussions de la crise dans ses projections pour les trois ans à venir. « Utilisons tout notre savoir-faire, notre expérience ainsi que les ressources dont nous disposons et les technologies nouvelles qui sont à notre portée pour innover dans nos secteurs d’activité existants, mais aussi pour investir de nouveaux marchés. »

Hector Espitalier-Noël réitère son engagement personnel à conduire le groupe à bon port en dépit des vents contraires. Il a par ailleurs mis en garde les équipes contre la tentation d’un déconfinement rapide, au risque de relancer la crise sanitaire. « L’unité et la solidarité nationale doivent primer en toute circonstance afin que Maurice puisse gagner contre le coronavirus », a-t-il insisté.

Par ailleurs, il a salué le pays pour avoir « su gérer la crise sanitaire pour le moment », tout en rappelant que nous devons continuer à faire preuve de responsabilité. « Si Maurice peut émerger comme un pays qui aura bien su gérer la crise, cela pourra nous aider énormément après. » Il a invité les leaders à avoir un regard à moyen et long termes, même si dans l’immédiat, il faut se focaliser sur le court terme pour gérer la crise. « La conjoncture est difficile à gérer. Elle est surprenante et la visibilité est aléatoire », a-t-il reconnu.

Les échanges se sont poursuivis entre les consultants d’EY Paris et les leaders autour de l’impact du Covid-19 sur les secteurs d’activité du groupe et de ses principaux partenaires d’affaires. EY a évalué et exposé différents scénarios de reprise selon les secteurs, tout en sachant que de nombreuses incertitudes subsistent. Le CEO d’ENL, lui, a demandé à ses chefs d’équipes « d’aller puiser » dans leur imagination des idées novatrices, qui peuvent émerger comme des opportunités, à travers la collectivité et les échanges.