Cela fait en effet plus d’un mois que ces six bateaux de pêche, commandés par cette la LHF Marine Development Ltd, après l’approbation des autorités mauriciennes, notamment l’ex-Board of Investment, sont ancrés dans la rade de Port-Louis. Ces unités de pêche, battant pavillon mauricien sont en attente des procédures administratives, soit les permis d’opérer dans les eaux de l’océan Indien. Cependant, dans les milieux portuaires, on laisse entendre que les négociations impliquant le Prime Minister’s Office, l’Economic Development Board et le ministère de la Pêche traînent et que, pour le moment, les responsables de la LHF Marine Development restent suspendus à une décision gouvernementale.

Ces six bateaux de pêche en provenance de Qingdao, en Chine, avaient été initialement annoncés dans le cadre du projet d’un port de pêche dans la région de Bain-des-Dames. Ils sont pour l’heure en attente d’une décision formelle des autorités mauriciennes concernant leur avenir dans les eaux mauriciennes et de l’océan Indien. Ce projet avait précédemment, après la victoire de Lalyans Lepep aux élections de décembre 2014, été confié à la LHF Marine Development Ltd, la compagnie regroupant des promoteurs chinois et mauriciens et devant investir dans le port de pêche envisagé. La Mauritius Ports Authority (MPA) et le ministère du Logement et des Terres avaient d’ailleurs réservé le site à Fort-William et Bain-des-Dames. Les procédures avaient été enclenchées pour l’obtention du bail, qui doit être “leased” par la MPA. Mais le gouvernement a visiblement changé ses plans pour ce projet et le projet de port de pêche a été mis au frigo, contre toute attente des promoteurs.

La compagnie LHF Marine Development est en effet une subsidiaire du Lu Hai Feng Food Groups, issu de la province de Qingdao, en Chine, et a le contrôle de deux ports dans cette province chinoise. LHF Mauritius compte trois partenaires chinois et un mauricien. En ligne avec les intentions du gouvernement, soit sous l’ère Lutchmeenaraidoo aux Finances, la LHF a procédé à la construction de ces six bateaux de pêche et espérait qu’ils seraient enregistrés à Maurice et porteraient ainsi le quadricolore mauricien. Mais entre-temps, on laisse entendre qu’avec les changements intervenus à l’agenda du Government Business, le plan portuaire a lui aussi changé. Ainsi, la décision d’accorder le bail en question pour le port de pêche a été remise en question par Lakwizinn du PMO.

Ces bateaux ont accosté la rade de Port-Louis depuis la deuxième semaine d’octobre. Diverses tractations ont eu lieu ces jours-ci avec les autorités, notamment le Prime Minister’s Office, l’Economic Development Board et le ministère de la Pêche. D’ailleurs, on laisse entendre que l’EDB a renvoyé la balle au ministère de Prem Koonjoo, qui a voulu savoir quels seront les bénéfices pour Maurice si l’on devait allouer des permis de pêche à ces six bateaux pour opérer dans la zone maritime. Toutefois, le ministère serait également dans l’attente de directives précises du PMO pour la marche à suivre. De sources informées, on apprend que des négociations intenses sont menées depuis maintenant deux semaines et on déplore que cette démarche fasse face à une lenteur administrative.