La mairie de Beau-Bassin/Rose-Hill appelle les propriétaires de terrains abandonnés situés dans les limites des villes-soeurs à nettoyer, dans les meilleurs délais, leurs propriétés en conformité avec la réglementation municipale. La mairie qui se dit, même, disposée à collaborer avec ceux qui éprouveraient des difficultés à faire le nécessaire prévient, toutefois, que la réglementation sera appliquée dans toute sa rigueur à l’encontre de ceux qui s’obstineraient à ne pas s’y conformer.
A la mairie des villes-soeurs, l’on estime à plus d’un millier le nombre de terrains laissés à l’abandon et qui sont recouverts d’herbes et autres végétations denses. Ces terrains abandonnés sont, non seulement un lieu idéal pour la prolifération de rats et autres moustiques vecteurs de maladies, mais également un repaire tout trouvé pour voleurs, drogués et autres malfaiteurs.
Ils sont, tout aussi, de véritables « eyesore », d’autant que nombre d’entre eux se situent dans des quartiers hautement résidentiels tels Mare-Gravier, Belle-Etoile ou encore Roches-Brunes. La mairie de Beau-Bassin/Rose-Hill rappelle que, selon ses Disposal of Refuse Regulations de 1996, tout propriétaire de terrain dans les limites de la ville est tenu de garder constamment propre sa propriété sous peine d’une amende ne dépassant pas Rs 20 000.
Dans le cas des propriétaires qui ne se sont pas faits connaître à la mairie, le conseil municipal a, par ailleurs, décidé d’initier des actions pour que le Curator of Vacant Estates prenne possession de ces terrains.
A cet effet, la mairie appelle les personnes susceptibles de l’informer de l’identité et de l’adresse des propriétaires de terrains, ainsi abandonnés, de la contacter. La mairie des villes-soeurs assure, à ce propos, que les informations reçues seront traitées en toute confidentialité.
« Nous appelons à la collaboration des habitants de la ville », a déclaré à Week-End le maire de Beau-Bassin/Rose-Hill, André Toussaint. Il indique que la mairie est même disposée à collaborer avec les propriétaires de terrains à l’abandon qui éprouveraient des difficultés à les faire nettoyer. Un sous-comité du conseil municipal a été institué, à cet effet.