Le Front Commun des Commerçants de l’île Maurice (FCCIM), par la voix de son président Raj Appadu, a vivement critiqué la participation de ministres et députés rouges à la manifestation des marchands ambulants la semaine dernière devant la mairie de Port-Louis (MPL). C’était lors d’une conférence de presse hier au centre social Marie Reine de la Paix à Port-Louis.
Raj Appadu désapprouve la participation des ministres Rashid Beebeejaun (VPM et ministre de l’Énergie), de Shakeel Mohamed (Travail), du député Abdullah Hossen ainsi que des conseillers rouges et bleus à la manifestation des marchands ambulants devant la municipalité de Port-Louis (MPL). Il soutient que c’est la tolérance des membres de l’Assemblée nationale qui a contribué à augmenter le nombre de colporteurs opérant dans la capitale.
S’agissant des listes établies par la MPL, par les colporteurs et le ministère des Administrations régionales, le FCCIM estime qu’elles ont été le déclencheur d’une guerre des chiffres. Le FCCIM a aussi critiqué le manque d’initiatives de la MPL et de la police afin de résoudre le problème des marchands ambulants dans la capitale. Et ce, malgré la signature d’un accord entre la Market Traders’ Association (MTA), le FCCIM et la Taxi Proprietors’ Union (TPU) pour que les marchands ambulants ne travaillent pas dans un rayon de 500 mètres autour du marché central. « La capitale est devenue un dépotoir à ciel ouvert », a-t-il lancé.
Pour le FCCIM, « ce ne sont pas quelques saisies qui empêcheront les marchands ambulants d’opérer dans la capitale ». Et d’ajouter : « Li na pa posib ki ena zis lalwa pou komersan ek sitadin ek pa pou bann marsan lari. » Le FCCIM lance un appel à la population de boycotter les marchands ambulants, principalement ceux qui écoulent des produits électriques.
Raj Appadu estime également qu’il est nécessaire que de nouveaux inspecteurs et policiers soient affectés au marché central et réclame le renforcement de l’effectif du poste de police de Trou-Fanfaron, étant d’avis que l’omniprésence de la police aux abords des gares routières et dans les ruelles de China Town est nécessaire afin de décourager la criminalité.
Le FCCIM a par ailleurs annoncé le début de sa campagne auprès des commerçants de la capitale afin que ces derniers ne paient pas leur Trade Fee à la mairie. « Nous ne pouvons continuer à tolérer cette forme d’indiscipline. » Et de lancer un appel au leader de l’opposition Paul Bérenger et au Premier ministre Navin Ramgoolam de rappeler « leurs troupes à l’ordre et de travailler pour le bien de l’ensemble de la population et non pour une poignée de personnes ».