L’association Les Femmes croyantes en collaboration avec d’autres forces vives de Rose-Hill prévoit une manifestation le 15 septembre à Rose-Hill. Objectif : alerter l’opinion publique sur le déclin de la société et demander aux autorités compétentes d’accélérer leurs actions afin de rétablir le sentiment de sécurité dans les villes soeurs.
La manifestation prévue par l’Association Les Femmes Croyantes (ALFC) qui aura lieu le 15 septembre à Rose-Hill débutera à la place Margéot à 10 h pour se rendre à la rue Edison là où le cadavre de Pritirivaj Gujadhur a été découvert. Une gerbe sera déposée sur le lieu du crime. Cette marche de protestation a pour objectf de dénoncer les crimes violents et l’amplification du réseau de prostitution dans cette région. Pointant du doigt le déclin de la société, l’ALFC a fait part du sentiment d’insécurité qui règne parmi les habitants depuis ces dernières années. Lors d’un point de presse hier au Centre social Marie Reine de la Paix à Port-Louis, Georgette Martin, la présidente, a soutenu que ce traumatisme hante les habitués de cette ville, principalement depuis ces cinq dernières années. Prenant également la parole, Christiane Caliste a soutenu : « A partir de 21 h, les habitants de Rose-Hill ne peuvent marcher dans la rue sans craindre d’être attaqués ». Elle déplore également le non-respect des édifices religieux à l’instar de l’église Notre Dame de Lourdes dont les alentours sont pris d’assaut à la nuit tombée par des prostituées et des toxicomanes, entres autres. L’AFLC parle également des conséquences de la distribution de méthadone sur les toxicomanes de cette région. « Lorski zot ale pou rod methadone pre kot Brown Séquard zot asize ene zourne avek zanfan », déclare-t-elle. Selon notre interlocutrice, ces enfants devraient être à l’école et bénéficier d’un suivi psychologique. L’AFLC fait un appel aux autorités compétentes pour que les bénéficiaires du programme de méthadone aient plus de soutien. « Bizin kone si methadone la si zot pe bwar li ou pa », argue l’AFLC. « Nou ena konfians dan lapolis pou ki sitiasion rezoud me nou tou, ONG, gouvernement et le public en général, bizin mett lamin a lapat pou travay pou nou sosiete pou ki li fer bon viv », concluent-elles.
L’AFLC lance un appel aux autres organisations pour se rejoindre à cete cause. Le public est cordialement invité à s’exprimer durant la manif du 15 septembre.