Marc Levy est le romancier français contemporain le plus lu dans le monde, avec plus de 30 millions d’exemplaires vendus en treize ans, tous pays confondus. Cela n’empêche pas l’écrivain à succès de désigner Internet comme le serial killer du livre.
Il publie son premier roman, Et si c’était vrai, en janvier 2000. Depuis, le romancier a été traduit en quarante-huit langues. Et l’ensemble de ses quatorze romans figurent sur les listes des meilleures ventes, aussi bien en France qu’à travers le monde.
Tout a commencé en avril 1999. Marc Levy est alors un architecte parisien qui envoie son premier roman aux éditions Robert Laffont : une charmante bluette qui se passe à San Francisco. Le livre est directement programmé dans la collection Best-Sellers.
Une mécanique bien rodée est installée : un livre par an, accompagné en librairie par l’édition en poche du précédent. Et une couverture la plupart du temps illustrée avec bande pourpre au nom de l’auteur.
Quelques romans à succès plus tard, Marc Levy n’ignore pas que l’édition va mal. La fréquentation massive d’Internet est, selon lui, en train de ruiner le marché du livre. Et cette situation préoccupante ne laisse pas insensible l’écrivain français le plus lu au monde. Loin s’en faut. Sa métaphore est parlante: Internet est le serial killer du livre.