C’est parce que l’oryx est l’emblème national de la Namibie, parce qu’il symbolise aussi le courage et la ténacité que l’île Maurice avait besoin il y a 50 ans dans sa lutte pour l’Indépendance et parce que ce don contribuera à renforcer les relations bilatérales entre Maurice et la Namibie que le gouvernement namibien a offert cinq oryx au gouvernement mauricien.

La cérémonie officielle de remise de ces grandes antilopes a eu lieu  au Casela World of Adventures, en présence de H.E.V Nghiwete, haut-commissaire de la Namibie, de Paramasivum Pillay Vyapoory, président par intérim de la République de Maurice, de Mahen Seeruttun, ministre de l’Agro-industrie et de la Sécurité alimentaire, de Paul Williams, Managing Director du parc animalier, de Thierry Sauzier CEO du Groupe Médine et de Lynda Fok Shun, consul honoraire de la Namibie. Un Memorundum of Agreement (MoA) pour la prise en charge par le Casela de ces animaux, a également été signé à cette occasion.

Faisant partie des nombreuses espèces d’oryx vivant sur le continent africain, l’oryx est le symbole national de la Namibie. Espèce particulièrement étonnante, il est reconnaissable notamment à son pelage et aux traits noirs et blancs sur sa tête. Mais aussi grâce à ses longues cornes droites, pointant vers l’arrière. Craintifs, les oryx vivent généralement en troupeaux, composés de femelles et de leurs petits. Les jeunes mâles vivent séparément. L’oryx est capable de courir très vite, avec une vitesse de pointe estimée à 90 km/h. Ses cornes sont des armes redoutables : il est la seule antilope à pouvoir tuer un lion ou un léopard. Le mammifère a pu être sauvé de l’extinction, causée principalement par la chasse, grâce aux réserves protégées du désert du Namibie et du Kalahari.

M.Nghiwete, le haut-commissaire de la Namibie en compagnie du ministre Mahen Seeruttun

À Maurice, le parc animalier Casela n’en comptait que des femelles. L’arrivée de cinq mâles va donc agrandir le troupeau. Outre de permettre l’accouplement et la reproduction de cette espèce, ce don a une valeur très symbolique pour les deux pays, comme l’affirme Linda Kok Shun, consul honoraire de la Namibie à Maurice lors de la cérémonie officielle de remise des oryx : « I was of the opinion that for half a century of independance history and achievements of Mauritius, it was important to have a symbol which reflects and join us in tenacity, quality associated with Mauritius».

Devant un parterre d’invités composé de hauts dignitaires du gouvernement et du corps diplomatique, M. Nghiwete, le haut-commissaire de la Namibie, qui a fait le déplacement afin de remettre officiellement au président par intérim de la République Paramasivum Pillay Vyapoory ces cinq animaux arrivés la veille sur le territoire mauricien, a déclaré : « These oryx are renowned for their courage, elegance and pride, which is the embodiment of the spirit and tenacity of the Namibian nation. Given these qualities, it is therefore not surprising that we find that the oryx is one ot he Namibian national coat of arms, symbol of great resistance against colonialism by our people during the struggle of freedom and independence. It’s one of the most handsome and striking species of antilopes in the world. »

Un MoA a aussi été signé à cette occasion entre Mahen Seeruttun, ministre de l’Agro-Industrie et de la Sécurité alimentaire et Paul Williams, directeur de Casela Ltd. Cet accord qui stipule que les oryx, qui appartiennent désormais au gouvernement mauricien suite à cette donation et sont confiés aux soins de Casela, a notamment pour but de développer une relation à long terme entre le secteur privé et le secteur public afin de promouvoir la conservation et l’éducation.

Lors de cette donation ceremony, le ministre Mahen Seeruttun s’est dit pour sa part réjouit que Maurice et la Namibie aient toujours entretenu de bonnes relations :
« How can we forget the assistance of Namibia for the vote in support of the resolution at the UN to get back the Chagos archipelagos and to express their wish to remain engaged when proceeding through the matter before the international Court of Justice. It is vital for Mauritius and Namibia to persue working together bilaterally as well as in the international and regional — SADC and the ACP group — to defend the common interests of Africa and for the mutual benefit of our people. »