Dans la vie comme dans la mort, Margaret Thatcher continue de diviser les Britanniques, et même les étrangers.
Dès l’annonce de sa mort hier d’une crise d’apoplexie à 87 ans, j’ai écrit sur Facebook : « Pour paraphraser Stephen Harper (premier ministre du Canada) après la mort de Hugo Chavez : espérons que la mort de Mme Thatcher apportera des jours meilleurs au peuple britannique ».
Ce petit mot a reçu un déluge d’approbations de mon réseau de contacts qui, vous le devinez, détestent Harper autant qu’ils honnissent Thatcher. Harper lui-même a reconnu que « Thatcher (son modèle) a défini le conservatisme moderne ». C’est dire que le thatchérisme sévit toujours.
Dans la foulée, Mme Thatcher a fait des émules chez le Labour de Tony Blair et les démocrates de Bill Clinton dans les années 1990.