Pauline Verner, consultante du Collectif Arc-en-Ciel, a une nouvelle fois déposé une plainte pour menaces de mort, ce mardi 5 juin, Central CID des Casernes centrales. Après les récentes manifestations homophobes qui ont lieu le samedi 2 juin en vue de la marche des fiertés organisée par le Collectif Ar-en-Ciel, Pauline Verner soutient qu’aujourd’hui ce n’est plus une affaire de droit LGBT. « Je pense que c’est une réelle prise de conscience plutôt que de prendre parti pour l’une ou l’autre des idéologies. Je pense que c’est quelque chose qui concerne tous les Mauriciens et que c’est important qu’il y ait des réactions au niveau politique et des prises de position. C’est aussi important qu’une solidarité, qui afflût, se massifie et qu’ensemble nous puissions agir contre cette liberté bafouée ».

Accompagnée de son homme de loi, Jean Claude Bibi, la consultante du Collectif Arc-en-Ciel a demandé aux autorités de prendre les mesures nécessaires pour assurer sa protection suite à cette nouvelle menace qui fait référence à son adresse résidentielle. Jean-Claude Bibi affirme également que cette affaire est désormais au niveau de l’Union européenne, étant donné que Pauline Verner est une ressortissante française. « L’union européenne s’inquiète beaucoup sur ce qui s’est passé samedi. L’ambassadeur de France à déjà exprimé son soutien et c’est désormais l’Union européenne qui va examiner ce problème et ainsi prendre des mesures. Cette affaire sera d’ailleurs discutée ce mercredi 6 juin par les ambassadeurs de l’Union européenne, qui prend cette affaire très au sérieux », indique Jean Claude Bibi.