Décembre 2015 aura été le mois le plus chaud de ces 12 dernières années. En s’appuyant sur les données officielles de la station météorologique de Vacoas, les températures ont été supérieures par 1,6°C aux normales de saison. Ainsi, la température le plus haute enregistrée était de 35,2°C le 8 décembre au Champ-de-Mars.
Selon l’Organisation météorologique mondiale (OMM), 2015 pourrait être une des années les plus chaudes observée à l’échelle globale. Les pays du sud-ouest de l’océan Indien ne sont pas épargnés par ce phénomène, avec des températures record enregistrées durant l’année écoulée. À Maurice, on parle également d’une année très chaude. Prem Goolaup, directeur adjoint de la station météorologique de Vacoas, évoque une année encore plus chaude qu’en 2014, où la température aura été supérieure à la moyenne de l’ordre de 1,3°C d’une année à l’autre. Autre constat : 2015 surpasse 2010 – année où les températures avaient été des plus suffocantes – en termes de températures record.
Un bilan des prévisionnistes a permis en effet d’établir que décembre 2015 aura été le mois le chaud plus de ces 12 dernières années, soit depuis 2003. La température a été supérieure à la moyenne de saison par 1,6°C. A titre d’exemple, à Port-Louis, les prévisionnistes ont constaté que, à la moitié du mois, les valeurs ont été supérieures à la moyenne de saison, soit à 15 reprises, de 2°C.
Les prévisions de Météo Maurice pour la saison estivale évoquent en effet des températures pouvant atteindre 36°C à Port-Louis certains jours. Récemment, le directeur de la station météorologique de Vacoas, Rajan Mungra, n’écartait pas la possibilité d’observer des périodes prolongées de températures au-dessus de la moyenne pouvant engendrer des “heat waves”, c’est-à-dire des vagues de chaleur.
Ces dérèglements climatiques sont liés au phénomène El Niño – qui a par ailleurs atteint son paroxysme durant le mois de décembre – exacerbé par les effets du réchauffement climatique. Lors des épisodes d’El Niño, les températures ont tendance à être plus élevées que la moyenne. D’autre part, face aux effets du changement climatique, il y a la récurrence des événements climatique extrêmes. Dans le cas de Maurice, on parle là de cyclones violents, de risques d’inondations causées par de fortes précipitations, qui tomberont en peu de temps, et même de tempêtes électriques. Selon les attentes, 2016 devrait continuer sur la même lancée. Pour le mois de janvier, il est prévu que les températures restent toujours élevées avec des valeurs supérieures à la moyenne saisonnière.