Poursuivis pour le meurtre de Balmy Ramhit, un habitant de Cité-Barkly, Clifford Volcy, 43 ans, et Jean-Éric Syatous, 31 ans ont vu leur procès ouvert devant la juge Gaytree Jugessur-Manna siégeant aux Assises. Ces deux habitants de Cité-Barkly ont plaidé coupable. Le 19 septembre 2009, Balmy Ramhit avait été égorgé à son domicile à Cité-Barkly. Ce crime a pour toile de fond un vol ayant mal tourné. Il avait été retrouvé nu et ligoté avec ses propres vêtements dans son salon au petit matin.
La Cour a entendu hier les 14 témoins assignés dans cette affaire. Clifford Volcy et Jean-Éric Syatous sont défendus par Mes Gaytree Dayal et Sidharta Hawoldar respectivement. Le District Court Officer de la Cour de Rose-Hill, le premier témoin à déposer, a présenté toutes les pièces à conviction produites lors de l’enquête préliminaire : les vêtements de la victime, les fils électriques utilisés pour la ligoter ainsi que les lames et couteaux utilisés lors de l’agression. Le PC Gunputh du Scene of Crime Office (SOCO), appelé à témoigner, a déclaré que la victime avait été retrouvée ligotée au beau milieu de son salon plongé dans l’obscurité. Elle était nue et couverte de sang. Les agresseurs avaient utilisé une partie de ses vêtements et des fils électriques pour la ligoter. Des objets étaient éparpillés partout dans le salon et il y avait du sang sur les murs.
Les officiers du Forensic Science Laboratory ont pour leur part avancé que le sang retrouvé sur les murs indiquait qu’il y avait eu un “spill of blood” dû à la pression. Le médecin légiste Dr Maxwell Monvoisin avait attribué la cause du décès à une asphyxie. L’inspecteur Frichot, l’enquêteur principal dans cette affaire, a indiqué avoir enregistré quatre dépositions des accusés, qui habitaient tous deux à 200 mètres de la maison de Balmy Ramhit. Ils avaient avoué que celui-ci était mort suite à une tentative de cambriolage qui avait mal tourné. Dans leurs dépositions, ils avaient soutenu qu’ils n’avaient aucune intention de le tuer, mais que les choses avaient pris une autre tournure. Les avocats des deux parties devaient présenter leurs plaidoiries aujourd’hui.