Pravin Bangaree, qui a plaidé coupable d’une charge de “manslaughter” devant les Assises, a écopé de 27 ans de prison. Il est accusé du meurtre de Patut Roy Teeluckdharry, alias Gyan, battu à mort lors d’une soirée de beuverie le 12 avril 2008 dans un champ de cannes à Rivière-des-Anguilles.
Lors de sa comparution en cour hier, l’accusé Pravin Bangaree a présenté les dossiers de l’enquête préliminaire ainsi que les rapports du Forensic Science Laboratory et ses dépositions. Dans sa déposition à la police, Pravin Bangaree raconte en détail comment il a été amené à tuer Patut Roy Teeluckdharry, alias Gyan, lors d’une soirée de beuverie avec un ami.
Le cas remonte à 2008. Selon les déclarations de Pravin Bangaree, il s’était rendu au restaurant Senneville le 12 avril, à Rivière-des-Anguilles, pour boire quelques verres avec Jessen, un ami. Ce laveur de voitures, âgé de 24 ans au moment des faits, a indiqué aux enquêteurs que Gyan Teeluckdharry, la victime, se trouvait au même restaurant et les avait approchés pour leur demander un verre. Toutefois, selon Pravin Bangaree, la victime avait un mauvais comportement quand il commençait à boire.
Dans sa déclaration, il relate avoir eu un contentieux avec Gyan Teeluckdharry. Le père de Pravin Bangaree aurait en effet donné Rs 150 à la victime pour l’achat de matériaux. Or, ce dernier n’aurait jamais complété cette tâche et aurait utilisé la somme pour acheter des boissons alcoolisées. Quand le restaurant a fermé, Pravin Bangaree et son ami ont alors décidé d’emporter le reste de la boisson pour la terminer sous un arbre. Quelques minutes plus tard, Gyan les a rejoints et a demandé une cigarette à Pravin Bangaree, qui a refusé.
La victime a alors commencé à l’injurier. Selon Pravin Bangaree, Jessen aurait giflé Gyan Teeluckdharry, qui ne cessait ses agressions verbales. Les deux hommes s’en sont alors pris à la victime en lui donnant des coups de pied à l’estomac et à la tête. « Monn pans pou touy li », a alors déclaré Pravin Bangaree à la police. À ce moment, relate-t-il, il pensait également au contentieux. Les deux hommes ont alors cassé une bouteille d’alcool sur la tête de Gyan Teeluckdharry avant que l’accusé n’écrase le cou de la victime avec son pied pour être certain d’en avoir fini avec lui. Les deux hommes ont alors songé à lui retirer ses vêtements pour les brûler, et ce afin de ne pas laisser de traces. « Li (la victime, Ndlr) pa ti pe reziste, li ti sou », relève l’accusé dans sa déclaration.
Le lendemain, Pravin Bangaree a appris que le corps de Gyan Teeluckdharry avait été retrouvé dans un champ de cannes. Il sera ensuite arrêté le 15 avril. Le Dr Satish Boolell avait attribué la cause du décès à un « traumatic subarachnoid haemorhage with multiple injuries ». L’accusé s’est excusé auprès de la famille de la victime, demandant la clémence de la cour. « Par aksidan inn ariv-sa. Mo pa ti ena lintansyon touy li », a déclaré Pravin Bangaree.
Représentant la poursuite, Me Prashant Bissoon a relevé, dans sa plaidoirie, la manière brutale dont le crime a été commis et le fait que l’accusé a admis à la police avoir songé à tuer la victime. La poursuite a soutenu que l’accusé n’a eu « aucun respect pour sa victime en décidant de lui retirer ses vêtements pour les brûler ». Me Bissoon a indiqué que, selon la loi, la peine maximale pour ce genre de crime est de 45 ans de prison.
Me Christophe Lactive, commis d’office pour représenter la défense, s’est attardé sur le fait que l’accusé n’avait pas été le seul à tabasser la victime, l’autre assaillant ayant tout aussi bien pu avoir infligé le coup fatal. L’homme de loi a de plus ajouté que Pravin Bangaree a éprouvé des remords après son crime et qu’il a coopéré avec la police tout au long de l’enquête. Après avoir considéré les plaidoiries des avocats, la juge Gaitree Jugessur-Manna a infligé 27 ans de prison à Pravin Bangaree. Les 323 jours passés en détention seront déduits de sa sentence.