Le ministre du Tourisme balaie d’un revers de la main le reportage hautement critique de M6 diffusé sous le titre « Rêves, fortunes et trafics au soleil – Les secrets de l’île Maurice » lundi soir. Michael Sik Yuen se veut rassurant et affirme sans détours que l’émission Enquête Exclusive « est superficiel et ne ternira pas notre image ». Dans cet exercice questions-réponses avec « Le Mauricien », il dresse le bilan des réalisations de son ministère pour l’année 2011, commente la consécration de Maurice comme la World’s Leading Island Destination et établit les principaux stratégies et objectifs pour l’année en cours.
Comme la plupart des Mauriciens, nous présumons que vous aviez les yeux scotchés à votre écran lundi soir pour Enquête Exclusive sur la chaîne M6. En tant que ministre du Tourisme, que diriez-vous de ce dossier « hautement critique » sur Maurice ?
Comme certains journalistes le disent, ce reportage est superficiel. Il y a des problèmes dans tous les pays. Il n’y a aucun pays au monde qui puisse venir dire qu’il n’a pas de problème. Ena problem crise, la drogue, tou sorte kalité. Bien sûr, il y a des pays où c’est bien plus grave ou moins grave.
Je peux rassurer la population que le gouvernement ne lésine pas sur les moyens pour améliorer le quotidien des Mauriciens. Je peux aussi affirmer que le taux de criminalité a considérablement baissé. D’ailleurs nous, au niveau du ministère du Tourisme, nous poursuivons nos travaux et améliorons le système. Depuis que j’ai pris ce portefeuille, nous avons intégré le code d’éthique (Ndlr : définissant les responsabilités des stakeholders du secteur touristique) et aussi mis en place une formation pour le chauffeur de taxi ayant contact avec les touristes.
Bientôt, il y aura des formations pour les beachhawkers. Le but est de sensibiliser et former ceux ayant un lien direct avec les touristes.
Pensez-vous que l’émission de M6 aura une répercussion sur le secteur touristique dans les semaines voire les mois à venir ?
Les Français ont pu le voir avant nous, soit dimanche soir. J’ai même reçu des SMS lundi matin à mon réveil disant que cette émission ne ferait pas de dégâts dans le secteur. Maurice a une bonne cote en Europe et principalement en France. Kan to koze moris, touris-la so lizie sorti. Pour eux, c’est le paradis. Cela dépend des gens, mais je ne pense pas que le reportage puisse ternir l’image de notre île.
Au ministère du Tourisme, nous poursuivons nos travaux sans relâche. Nous mettons encore plus d’accent sur la visibilité. Un des objectifs pour 2012 est de consolider le marché traditionnel. Nous devons cependant accentuer aussi sur les nouveaux marchés. Quand je parle de nouveaux marchés, c’est les pays nordiques comme le Danemark ou encore la Suède.
J’étais à Dubayy la semaine dernière pour la signature d’un accord stratégique avec Emirates Airlines pour nous concentrer sur ces nouveaux marchés. Les pays émergents ne sont pas en reste. Nous souhaitons accueillir plus de Chinois et d’Indiens. Dans ce contexte, un roadshow est prévu en Inde en février et un autre en Chine au même mois. Donc, nous avons un programme étoffé pour 2012.
Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur ce programme 2012 ?
Il sera important de consolider le marché européen. Plus de 80 000 Anglais viennent à Maurice… On ne peut pas négliger cet aspect. Le marché européen est très important pour nous. Il faut revoir la balance en poussant sur les nouveaux marchés et vers l’Asie.
Cette balance est primordiale pour nous dans la mesure où les Chinois voyagent beaucoup dans la période où nous sommes en low season. En 2012, nous serons aussi très agressifs sur l’e-marketing. Nous travaillons aussi pour faire venir des célébrités à Maurice. Depuis que je suis à la tête du Tourisme, nous avons mis en place une douzaine de Technical Advisory Committees (TAC).
Chaque comité s’occupe d’un marché. Le TAC est constitué de stakeholders, dont les compagnies d’aviation, les groupes hôteliers, les tour-opérateurs et la Mauritius Tourism Promotion Authority. Le but est de synchroniser nos actions pour aller dans la même direction. Le mot clé en 2012 sera cette synchronisation.
Concernant 2011, on affiche un bilan très satisfaisant. En général, les hôtels ont réalisé une meilleure performance que l’année précédente, dont plusieurs étaient déjà booked durant la période de décembre.
Maurice a été élue la World’s Leading Island Destination récemment au Qatar pour la troisième année consécutive. Cette récompense représente quoi pour le Tourisme ?
C’est le fruit d’un travail de longue haleine. Nous avons fourni des efforts dans cette industrie et aujourd’hui nous sommes en train de récolter les fruits. Nous visons la World’s Leading Island Destination pour la quatrième fois d’affilée. Il faut poursuivre sur notre lancée. Nous devons utiliser ce titre à travers des campagnes, surtout dans les pays où nous sommes moins connus. Il faut faire savoir aux potentiels touristes que notre destination mérite d’être visitée. Nous devons créer cet engouement.