Deux heures ! C’est le temps qu’à durer la présentation du bilan 2018 du ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS), présenté à la presse le 20 décembre dernier, à la Citadelle Mall. Une dizaine d’officiers ont tour à tour exposé leur dossier. Mais avant, le ministre Stephan Toussaint s’est contenté de passer en revue l’année à la manière d’un discours général. Celui-ci débutant par le volet jeunesse. Selon lui, au courant de cette année, il y a eu plusieurs accomplissements, à savoir le dévoilement d’une stèle de l’unité, dans le cadre des 50 ans de l’Indépendance, le lancement de « Zénes montré to talents », le carrefour des jeunes qui a accueilli environ 800 jeunes qui ont célébré ensemble le « Volunteer Day » et le « Street Dance Battle » qui a été organisé dans l’île entière, entre autres.

Pour Stephan Toussaint, le Sports dance à Maurice est appelé à prendre une autre dimension. « Aux Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ) cette année, il y avait une compétition de sports dance. C’est un peu dans cette optique que nous avions organisé cette activité là, à Maurice et nous voulons éventuellement que les Mauriciens puissent participer aux prochains JOJ en 2022 au Sénégal. Et si jamais le sports dance fait son entrée, aux JO de Paris en 2024, je peux vous assurer que Maurice sera de la partie », avance-t-il.

Autre point important à soulevé, c’est les prochains Jeux des Îles de l’océan Indien (JIOI), qui se tiendront à Maurice du 19 au 28 juillet prochain. Selon le ministre Toussaint, le département sport se concentre énormément sur les jeux des îles, notamment sur les infrastructures. « Il ne reste plus que six mois, mais on est sur le right track. Il y a un énorme travail qui est en train d’être fait au niveau du COJI concernant la cérémonie d’ouverture, clôture et surtout avec les sponsors. Toute l’organisation va dans le bon sens. Le COJI est en train de faire un travail formidable », indique-t-il. Les athlètes ne sont pas en reste. « Pour la première fois dans l’histoire des jeux des îles, à deux ans du rendez-vous, il y a eu un budget pour accompagner les athlètes dans leur préparation. Car les choses doivent être faites de façon scientifique. Il y a eu plusieurs tests qui ont été faits et on est en train de suivre les résultats. On se fait un devoir que les athlètes puissent améliorer leur performances », fait-il ressortir. En effet, des Rs 60 millions prévues pour la préparation des athlètes, dans le cadre du rendez-vous indianocéanique, Rs 25 millions ont déjà été utilisées pour financer notamment les examens d’aptitudes physiques, les camps d’entraînements à Maurice et à l’étranger, les équipements ou encore les services médicaux. Rs 22,5 millions ont été allouées aux athlètes élites.

De ce montant, Rs 14 millions ont été accordées sous forme d’allocation mensuelle, tandis que Rs 8,5 millions ont été remises sous forme de cachets, pour récompenser les lauréats des différentes compétitions. Rs 20,5 millions ont également été offertes, aux clubs de football et aux comités régionaux pour la saison 2018. Stephan Toussaint a également évoqué que l’implémentation de la National Sports and Physical Activity Policy a été un des items phares du sport local cette année. « Après les 50 ans de l’indépendance, pour la première fois, Maurice a un sports policy, digne de ce nom. Il y a plusieurs recommandations qui ont été mises en pratique. Par exemple nous avons lancé les walking clubs qui connaissent un succès extra ordinaire. On est aussi en train de réfléchir à un moyen de prescrire des activités physiques aux personnes. Le but est qu’à travers de l’exercice, les gens puissent perdre du poids, régler leur tension intérieur et leur diabète. L’année prochaine, il y aura encore d’autres recommandations », dit-il.

Par ailleurs, plusieurs centres techniques régionaux et écoles ont également vu le jour, dans le cadre du projet ‘grassroots’, afin de former les jeunes dans des disciplines tels que le football, l’athlétisme, le badminton, le handball, le volleyball et le basketball. « Une belle année 2018 et une belle année 2019 en perspective, avec des objectifs spécifiques”, ajoute-t-il.