Pour le leader du Mouvement Socialiste Militant (MSM), les priorités de la population sont aussi celles de son parti. « Nous sommes en communion avec le peuple », a soutenu Pravind Jugnauth samedi lors de sa conférence de presse hebdomadaire, en parlant des différents problèmes socio-économiques qui affectent la population. Sur le plan politique, il a déclaré en réponse à une question du Mauricien que « le Remake 2000, c’est fini ».
Pravind Jugnauth s’est dit préoccupé par l’appauvrissement de la population, en citant des chiffres officiels qui démontrent, selon lui, que les Mauriciens deviennent de plus en plus pauvres. Quelque 125 000 Mauriciens « vivent dans la misère noire », dit-il, en ajoutant que « c’est le gouvernement dirigé par le Parti travailliste qui a créé la pauvreté absolue ». « Il y a aussi environ 250 000 personnes qui ne peuvent joindre les deux bouts et cette pauvreté contribue de plus en plus à l’émergence des fléaux sociaux tels la prostitution infantile, la criminalité, la mendicité, le chômage surtout qui affecte les femmes ».
Dans le secteur de l’éducation tertiaire, dit le leader du MSM, les parents se sacrifient énormément pour envoyer leurs enfants à l’université mais les qualifications obtenues dans certaines de ces universités ne sont pas reconnues. « La saga se poursuit dans ce secteur et la situation devient pire qu’auparavant ». Au chapitre du law and order, il a estimé que la situation est en nette détérioration. Pravind Jugnauth a dit constater que le nombre de toxicomanes sous méthadone est en hausse constante, avant de dénoncer les problèmes de voisinage dans les endroits où on distribue ce médicament aux toxicomanes. « La drogue est entrée dans les écoles secondaires et de plus en plus de jeunes en sont affectés ». Il a aussi parlé des problèmes liés au surendettement, à la fourniture d’eau dans certains endroits, aux soins de santé. « Ce sont autant de priorités pour la population et pour le MSM également. Mais face à tous ces problèmes, le gouvernement a choisi de fermer le Parlement », a-t-il lancé, avant de demander au Premier ministre de « nous laisser jouer notre rôle et assumer nos responsabilités ».
Au chapitre politique, M. Jugnauth s’est dit attristé de constater que le leader du MMM ne réalise pas qu’il est en train de perdre de sa crédibilité après de la population en agissant de la sorte. « C’est grave pour le pays lorsqu’il n’assume pas sa responsabilité constitutionnelle… On est en train de discuter seulement des intérêts de deux personnes ».
Comme lors de ses précédentes conférences de presse, le leader du MSM a présenté samedi six nouveaux adhérents à son parti : Kailash Trilochun, avocat de profession ; Jean Pierre Jhumun, expert-comptable ; Balchund Boodhoo, professionnel en management et en marketing ; Khemchund Dewochund, imprimeur ; Abdool Rahman Burahee, pharmacien et Hurish Gooroochurn, professionnel en management.