Juliette Philogène revient au pays pour deux concerts publics les 7 et 22 avril prochains, où elle proposera une partie en solo et une autre en tant qu’accompagnatrice sur des morceaux lyriques. Le 7 avril, la pianiste, qui est installée en Écosse depuis près de dix ans, jouera en première partie les variations sur un thème de Haendel, de Brahms, avant d’accompagner Jean-Michel Ringadoo sur plusieurs airs d’opéra. Ensuite, elle accompagnera les nouveaux solistes formés par Véronique Zuel et Jean-Michel Ringadoo à l’académie d’Opera Mauritius.
Concertiste, professeure et musicothérapeute, Juliette Philogène a fait ses débuts dans les conservatoires mauriciens (François Mitterrand puis Frédéric Chopin) puis a ensuite suivi l’enseignement de Désiré N’Kaoua à l’école normale de musique de Paris, en France, avant de rejoindre Glasgow, où elle a poursuivi ses études d’interprétation jusqu’au master au Conservatoire Royal d’Écosse sous la direction du célèbre pianiste Jonathan Plowright, enchaînant ensuite la préparation et l’obtention d’un deuxième master en musicothérapie.
Son répertoire inclut par exemple le concerto No 3 de Prokofiev ou encore la rhapsodie sur un thème de Paganini de Rachmaninov. Pour le public mauricien, elle jouera en première partie, le 7 avril prochain au Conservatoire national de musique François Mitterrand, les Variations sur un thème de Haendel de Brahms. Johannes Brahms a dédié cette oeuvre éblouissante, composée en 1861, à la talentueuse pianiste Clara Schumann.
Il y reprend un thème emblématique de l’oeuvre baroque de Haendel, qu’il développe en rien de moins que 25 variations, dont la diversité retient l’attention tout au long de ces 30 minutes de morceau, pour finir sur une fugue particulièrement stimulante. Le charme, le mystère, l’éclat, la solennité, l’exotisme, l’exaltation, la délicatesse… les impressions que dégage chacune de ces variantes débouchent à la fin sur des morceaux très énergiques et flamboyants avant la fameuse fugue censée utiliser chacune des idées exposées précédemment.
La deuxième partie de ce récital sera dédiée aux oeuvres lyriques que la pianiste accompagnera, à commencer par trois prestations proposées par le ténor Jean-Michel Ringadoo : un extrait de Rigoletto, Granada, puis la célèbre chanson napolitaine O Sole Mio. Place à la relève ensuite avec cinq solistes formés par Véronique Zuel et par le ténor au sein de l’académie d’Opera Mauritius. Ces espoirs de l’art lyrique mauricien vont interpréter des chants de Bellini, Haendel, Pergolese, Schubert et Fauré.