Guddi Padwa, le nouvel an marathi, a été marqué cette année par la pose de la première pierre d’un parc spirituel à La Vigie à Forest-Side. La Mauritius Marathi Mandali Federation, le Mauritius Marathi Cultural Trust et la Marathi Speaking Union ont aussi organisé un spectacle culturel haut en couleur au Centre culturel Indira Gandhi à Phoenix.
Ce spectacle folklorique nécessite une grande maturité de talents et d’art. On a assisté à la prouesse artistique des membres de la troupe Shivaji Bhosle qui avait fait l’honneur à la patrie lors de sa prestation à Poona l’année dernière en présence de la présidente de la République de l’Inde Pratibha Patil. Balraj Narroo, le président de la MMMF, n’a pas tari d’éloges sur les jeunes talents formés par Priya Mulloo.
Ce passage en Inde a fait beaucoup de bien aux artistes car ils semblaient nourris de ce fameux héritage du Maharashtra. Toutes les émotions de la vie ont été exprimées avec une sensibilité et une délicatesse trouvant parfois de beaux élans poétiques. Ils ont fait mouche dans leur évocation du divin mais aussi dans les danses traditionnelles.
Parées de kastis (habits traditionnels), les danseuses ont avec une aisance déconcertante montrer les facettes de la culture marathie avec ses rituels, son histoire et son folklore. La foule n’a pas ménagé ses applaudissements pour cette troupe. Les artistes ont présenté une oeuvre limpide, cohérente, touchante. Avec des mains fines et gracieuses et des mouvements bien synchronisés, les danseurs ont su saisir et traduire tout le caractère des danses folkloriques. La mise en scène, le décor, la chorégraphie, les costumes et la musique ont été soignés.
Le spectacle ne fait pas injure aux acclamations reçues en Inde. Les ministres Anil Bachoo, Mookhesswur Choonee et Suren Dayal ont apprécié la présence scénique des artistes de la troupe Shivaji Bhosle. Le ministère des Arts et de la Culture devrait les solliciter davantage pour des représentations à travers l’île.