Après la mort de Jagjit Sing, le ghazal s’est éloigné de sa vibration profonde. Hariharan s’est chargé de perpétuer cette tradition et il nous fera découvrir sa voix suave le 11 décembre prochain lors d’un unique concert, dans un lieu qui sera prochainement déterminé. Hariharan, le citoyen du monde et récipiendaire d’un Grammy Award en 1996 et de deux National Film Awards de meilleur chanteur – avec Border et Jogwa –, considéré par Chitra Sing, l’épouse du regretté, comme « the most prominent indian singer after Jagjitji », s’est illustré dans pratiquement tous les genres musicaux.
Le ghazal reste sa spécialité, mais il peut également émouvoir dans la musique traditionnelle indienne.
Hariharan a fait le tour du vedettariat avec la tournée mondiale d’AR Rahman et dans les films où le maestro du sud de l’Inde a apposé sa signature, dont Roja, Bombay, Taal, Border et Guru. Ce passionné de musique a obtenu ses premiers galons avec Gaman et est devenu une voix très populaire lorsqu’il a obtenu son premier National Film Award avec le morceau Mere Dushman Mere Bhai de Border. Tout au long de sa carrière, longue de 40 ans, Hariharan a travaillé avec pratiquement tous les grands compositeurs de musique de l’Inde et son association avec Leslie Lewis, pour former le groupe Colonial Cousins, a révolutionné le monde de la musique avec les albums The Way We Do It, Aatma et Once More. Les albums en solo – dont Aabshar-e-ghazal, Gulfam, Halka Nasha, Paigham, Kaash et Lahore Ke Rang Hari Ke Sang, avec les chanteurs de ghazal pakistanais – lui a permis de remporter un immense succès.
Rama Poonoosamy, le directeur de l’agence Immedia, déclare que Hariharan aime les audaces rythmiques et harmoniques et qu’il fera découvrir aux Mauriciens toute la magie du ghazal et de la chanson hindoustani le 11 décembre.