Dans une correspondance adressée au chef de la fonction publique et secrétaire au Conseil des ministres, N. K. Ballah, le président de la Federation of Civil Service and Other Unions (FCSOU), Narendranath Gopee, accuse le commissaire des prisons, Vinod Appadoo, de « répression syndicale». En cause : Vinod Appadoo a convoqué le secrétaire de la Prison Officers’ Association, Hanson Heeramath Mungrah, à comparaître devant un comité disciplinaire le 17 janvier, et ce pour avoir participé à une émission radiophonique « en tant que syndicaliste ».

« La FCSOU considère la présente motivation du commissaire des prisons, Vinod Appadoo, de faire passer devant un conseil disciplinaire le secrétaire de la Prison Officers’ Association, Hanson Heeramath Mungrah, comme étant entachée d’intentions malicieuses et répressives, et dont le principal objectif est de réprimer la voix du syndicat pour l’enjoindre à opérer selon les caprices du maître. L’action du CP fait preuve d’un abus de pouvoir qui était exercé à l’époque dans les relations de maître à esclave », écrit le président de la FCSOU, Narendranath Gopee, dans sa lettre au chef de la fonction publique et secrétaire au Conseil des ministres, N. K. Ballah.

« Le gouvernement ayant lui-même donné le droit aux fonctionnaires des prisons de se syndiquer aussi loin qu’en 2009, reconnaissant par conséquent la POA comme une “bargaining agent”, il revient donc au gouvernement de donner aux membres du comité exécutif du syndicat le degré de protection requis pour qu’ils puissent s’acquitter de leurs tâches et responsabilités sans contrainte ni menace », poursuit Narendranath Gopee. Maurice « étant un État de droit », poursuit le président de la FCSOU, « cela aurait dû imposer au commissaire des prisons le devoir d’agir selon la loi ». Il poursuit : « Il doit certainement bien connaître ces délits commis par un officier des prisons qui porte la casquette de fonctionnaire. En revanche, dans le cas d’un fonctionnaire qui est en même temps syndicaliste, et qui porte deux casquettes distinctes, le CP doit réfléchir avec prudence pour faire la différence entre ces deux statuts officiels avant de manifester toute intention de prendre des actions disciplinaires. »

« Notre fédération syndicale considère cette décision du CP de faire passer le secrétaire de la POA devant un comité disciplinaire d’irrationnelle et illégale, d’autant que tout syndicaliste jouit d’une immunité contre des sanctions disciplinaires émanant de son département », a ajouté Narendranath Gopee. «Tout manquement commis par un officier en sa capacité de syndicaliste est sanctionné par l’Employment Relations Act (EReA) de 2008. Mais en tant qu’organismes reconnus par le gouvernement, les syndicats opèrent librement de toute interférence, comme stipulé par la Section 30 de l’EReA. Cette section de la loi protège les syndicalistes de toute discrimination ou victimisation », rappelle le syndicaliste. « Dans le cas de M. Mungrah, la FCSOU considère que le CP est en train d’agir de très mauvaise foi. Nous vous invitons par conséquent à lui donner des directives pour dissoudre ce comité disciplinaire sur le champ », exhorte Narendranath Gopee.