Un courrier qui sonne comme un deuxième avertissement. C’est ainsi que Philippe Hao Thyn Voon, président du Comité olympique mauricien (COM), qualifie la lettre adressée par Cornel Marculescu, Executive Director de la Fédération internationale de natation (FINA), au ministère de la Jeunesse et des Sports.
Dans le courrier en date de mercredi dernier, il est clairement stipulé que le MJS « has done an obvious interference into the internal operations of the Mauritius Swimming Federation. » L’autre point crucial fait état du fait que la décision du MJS d’instituer un caretaker committee « is not in compliance with the section 8 (6) b of the Sports Act 2001. »
Il est également stipulé que cette décision du MJS a été prise sans que le COM ne soit consulté, toute consultation avec cet organisme étant primordiale avant l’institution d’un caretaker committee. La lettre du MJS datée du 16 septembre dernier pour informer la FINA de cette décision « cannot be considered as a consultation », souligne le représentant de la FINA.
De ce fait, Cornel Marculescu demande que l’autonomie de la Fédération mauricienne de natation soit respectée. « We would appreciate your understanding and request you to respect the autonomy of the Mauritius Swimming Federation by lettiing the federation run the day to day activity and conduct the election process by itself in order to guranbty the independence of the aquatic sports in Mauritius. »
Réagissant à ce courrier, le MJS, par l’entremise du Permanent Assistant Secretary V.K. Daby, a sollicité une rencontre avec Philippe Hao Thyn Voon, hier en début d’après-midi. Toutefois, ce dernier a demandé un report de cette rencontre à une date ultérieure. « Un protocole doit être établi entre deux instances. C’est maintenant que le MJS comprend l’importance du COM », réagit le président de cette dernière instance.
D’ailleurs, à l’heure prévue de cette rencontre, il animait un point de presse au cours duquel il a évoqué ce sujet. Selon lui, la démarche du MJS aurait pu avoir des conséquences plus graves. « Il est dangereux de tenir tête à une instance internationale. Le MJS doit au plus vite dissoudre ce caretaker committee. Il faut que le ministre Ritoo comprenne la limite de ses pouvoirs », a souligné Philippe Hao Thyn Voon.
Selon le président du COM, il est clair à travers ce courrier que le MJS a empiété dans les affaires de la FMN. « La FINA nous a donné raison, et Devanand Ritoo a déformé la vérité, car le COM n’a jamais été consulté. » Il indique également avoir sollicité Sam Ramsamy, membre de la FINA, afin que la FMN ne soit pas suspendue.
« Je suis contre toute suspension. Toute suspension est difficile à accepter et constitue une honte pour le pays et le COM », a-t-il ajouté. Dans cette atmosphère de conflit, Philippe Hao Thyn Voon a surtout souhaité que les sportifs ne soient pas les victimes. Et ce, même si, selon lui, depuis le retour des Jeux des îles, « MJS pe tir manze tou dimounn. »
Dans ce contexte, il a cité la fédération de pétanque où l’ingérence du MJS aurait été constatée. Un membre expulsé aurait été élu lors de la dernière assemblée générale élective.