« Sirkonskription numero 1 ce enn sirkonskription Parti Travailliste sa. Eski ou le ki pei dirige par mafia ladrog? To finn rentre par limpost, to pu sorti par lafnet. Jugnauth to piti ki enn maler pu lil moris« .

C’est sur ce ton, qui laisse deviner aisément les ingrédients d’une campagne électorale, que le leader des rouges s’est exprimé hier lors du congrès nocturne du PTr à Les Salines.

Il a rappelé à ses partisans qu’il est important de mettre les différences entre les communautés de côté pour les prochaines élections générales : « Nu bizin servi nu lesprit, souven nu lennmi ar nu mem, Parti Travalliste ce sel pati ki pu capav defane linteret sa pei-la ».

Il n’a pas mâché ses mots envers le chef du gouvernement, Pravind Jugnauth. Selon lui il faut « fer attention ek bane Jugnauth, cki zot dir zot fer exakteman le kontrer ».

 Plusieurs « scandales » qui ont transpiré de ce gouvernement ont été abordés face aux habitants de la localité, dont l’affaire Raouf Gulbul ou encore Sanjeev Teeluckdharry.  » Raouf Gulbul samem ki appel mett lisien vey sosis sa, Teeluckdharry sanana pe rode compensation tou. Li sorti com deputy speaker, li vinn menase tou. Mo dir li ale dan labank central ena enn coffre pu mwa laba ».

Il est aussi revenu sur son annonce sur la dépénalisation du cannabis. Il a rappelé qu’il est pour l’usage du cannabis pour le traitement médical et qu’il reste sans pitié dans son combat contre la drogue. “La zot vinn fer kampayn et vinn dir ki Ramgoolam pe dir less ladrog rentre dan moris. Mone dir ki mo pou san pitye », a-t-il soutenu

Arvin Boollel est quant à lui revenu sur la loi concertant le financement politique : “nu pa pu vote, zot pe amene lalwa bidon ».