L’affaire de deux représentants d’une importante société européenne, bloqués à Maurice sous le coup d’une menace d’Arrest on Departure en marge de l’opération « Lakaz lerwa Lion » avec l’inculpation de l’ancien Premier ministre Navin Ramgoolam pour le délit de Money Laundering, devrait connaître des rebondissements dans les jours à venir. Ces deux étrangers ont pu prendre l’avion vendredi soir à destination de Dubaï alors que l’un d’eux, occupant les fonctions de Deputy Chief Operating Officer de la compagnie, aurait dû quitter Maurice depuis le 17 février. Entre-temps, les révélations de l’hebdomadaire Week-End au sujet de l’implication de trois VVIPs dans une opération de marchandages de documents avec les deux hommes d’affaires comme monnaie de change en vue d’incriminer Navin Ramgoolam suscitent des interrogations.
« Les informations publiées par Week-End au sujet de l’implication de trois VVIPs dans le cadre de l’enquête policière contre l’ancien Premier ministre Navin Ramgoolam sont très graves. Si elles s’avèrent exactes, elles auront des répercussions diplomatiques très conséquentes. Qui sont ces VVIPs qui se permettent de se substituer à la police ? Il est du devoir du Premier ministre d’éclairer la population dans toute cette affaire et de révéler qui sont les VVIPs concernés et s’ils font partie du gouvernement », a affirmé le porte-parole du Labour, Arvin Boolell.
Au sein du Legal Panel entourant l’ancien Premier ministre en vue de son interrogatoire Under warning pour la double inculpation provisoire de blanchiment de fonds de l’ordre de Rs 224 millions et de Conspiracy pour le Cover-Up de l’affaire du campement de Roches-Noires dans la nuit du 2 au 3 juillet 2011, l’on évite de commenter ces détails, qui pourraient avoir des répercussions sur le cours de l’enquête initiée avec l’arrestation de l’ancien Premier ministre le vendredi 6 février dernier. Toutefois, l’entourage de Navin Ramgoolam ne compte pas rester les bras croisés.
Une enquête a été initiée discrètement en vue de confirmer officiellement les dessous des événements dans la nuit du 16 au 17 février, dont le but avoué n’était autre que de prendre possession des documents compromettants et susceptibles de « destroy the previous Prime Minister » dans le volet de l’enquête sur le « Tainted Money ».
D’abord, il faudra confirmer le dîner d’affaires offert par Rakesh Gooljaury, ancien partenaire d’affaires de Nandanee Soornack dans la soirée du 16 février à l’hôtel Westin de Balaclava et ensuite les négociations avec les trois VVIPs dans un appartement de haut standing à Quatre-Bornes après 22 heures et jusqu’à 1 h 50 le matin de la fête Maha Shivaratree, d’autant plus qu’il est question d’enregistrements audio de ces échanges.
Affaire à suivre…