Une semaine après la rentrée du troisième trimestre dans les collèges, le syndicat des enseignants du primaire (GTU) se dit inquiet de la qualité de travail effectué dans l’Extended Stream. Depuis que ce programme a remplacé le secteur prévocationnel en marge de la réforme, des enseignants des collèges d’Etat et privés ont rencontré de nombreuses difficultés à l’appliquer en raison des lacunes des élèves en écriture, compréhension, calcul et lecture. Les quelque 4 000 élèves inscrits dans le programme Extended Stream ont échoué aux examens de Primary School Achievement Certificate en octobre dernier.

Le but de la première année dans l’Extended Stream est de leur donner l’occasion d’améliorer leur niveau afin qu’ils puissent participer aux examens du PSAC.
Et à peu de temps des examens du PSAC et des évaluations modulaires (28 et 29 prochains), il revient qu’un peu moins de 1000 élèves maîtriseraient la base en lecture et écriture. Toutefois, les enseignants dans ce secteur rencontreraient pas mal de problèmes et leurs syndicats et les recteurs souhaiteraient en faire part au ministère de l’Education. De son côté, le président de la GTU, Vinod Seegum, est d’avis qu’un forum est la plate-forme idéale pour recueillir les témoignages des enseignants, situer les difficultés et dégager des solutions.

Toutefois, il pense aussi que ce sont des Support Teachers qui devraient travailler dans le secteur de l’Extended Stream. « Et pourquoi ne pas donner aux enseignants du primaire le choix de travailler avec les enfants. Ils connaissent déjà leur niveau  ! » déclare le syndicaliste.

Si, de manière générale, la réforme dans le primaire a bel et bien pris forme, c’est la mise en fonction des académies qui est attendue au tournant. Cette étape qui se concrétisera en 2020 verra sans aucun doute le retour en force des voix qui ont décrié les imperfections du Nine Year Continuous Basic Education. L’ancien ministre de l’Education, Steve Obeegadoo, qui était, avant son départ du MMM également président de la commission d’éducation du parti, assure qu’il reprendra ce dossier. Ce dernier, qui sillonne l’île dans le cadre de ses nouvelles activités politiques, travaille aussi sur la préparation d’un document pour l’UNESCO.

Pour sa part, la syndicaliste du secondaire, Lysie Ribot, qui avait également animé des réunions et commenté régulièrement la Nine Year Continuous Basic Education, dit rester attentive aux lacunes de l’Extended Stream.