Le Mauricien Shameem Korimbocus, déporté de Dubaï récemment en début de mois, était au centre de nomination pour les partielles au N°7 (Piton/Rivière-du-Rempart) avec une accréditation de journaliste d’un journal local.

Soutenu par les partisans du Parti Travailliste, il tentait d’accéder dans le centre de vote en brandissant un passe de journaliste.

D’ailleurs, surmenée, la police a fermé l’accès à certains journalistes, tandis que des partisans du parti rouge sont parvenus à s’immiscer.