Cherish The Charm a eu à repousser ses limites pour résister à ses poursuivants. Débutant en C7, le voilà qui épingle à son palmarès un Groupe 2. Il mérite d’être félicité pour son parcours, tout comme son entourage. Mais cette course a laissé un goût d’inachevé par le manque d’initiative de Donavan Mansour sur M L Jet.
Ce qu’il faut savoir, c’est que le départ de cette course principale a été catastrophique pour deux des engagés, à savoir Cherish The Charm et M L Jet. Le premier nommé avait le nez pris dans une des portières de sa stalle et a été forcé vers l’intérieur au départ. Derreck  
David aurait alors crié « false start ! » M L Jet n’a pu prendre un bon départ vu que son jockey a déclaré qu’il pensait à un faux départ. Les images démontrent que M L Jet s’est appuyé sur le côté droit de sa stalle au moment de l’ouverture des stalles. Il a cependant été trouvé que M L Jet était dans une position de bien « sauter ». Il faut savoir que si Cherish The Charm ne l’avait pas emporté, il n’aurait pas été déclaré non partant car il avait les quatre pieds posés au sol.
Tous les turfistes présents au Champ de Mars ont été quelque peu abasourdis à l’ouverture des stalles vu que deux des principaux engagés avaient raté leur mise en action. Cependant, Derreck David a vite réagi pour lancer résolument Cherish The Charm vers la tête de la course sans se poser de questions. Pour lui, sa monture serait dans de meilleures dispositions si elle courait en tête.
Que dire de M L Jet sinon que Donavan Mansour n’a pas été prompt pour tirer avantage du fait que Cherish The Charm avait raté sa mise en action. Son inertie a fait que M L Jet s’est retrouvé en avant-dernière position alors qu’il était devant Cherish The Charm. Ce n’est que bien plus tard qu’il s’est décidé à se rapprocher de Cherish The Charm. En effet, au début de la descente, M L Jet s’est porté dans son sillage. Le manque de réaction de Donavan Mansour – on peut dire qu’il n’a jamais été dur avec ses chevaux dans la partie initiale – mérite des explications et on espère que les Racing Stewards sauront quelles questions poser au Sud-Africain.
Si on jette un coup d’oeil aux temps fractionnés, il ne fait pas l’ombre d’un doute que le tempo n’a pas été élevé, surtout si on compare le chrono à celui de Cinchona. Il faudrait néanmoins prendre en considération le temps d’arrêt marqué par Cherish The Charm et l’effort qu’il a dû faire pour prendre la tête. Libre à l’avant, il a couru comme à l’accoutumée, sauf que les derniers mètres ont été pénibles, même s’il a sorti un nouveau coup de rein à 150m de l’arrivée.
Le nouveau Rampant Ice a terminé en trombe et doit être sérieusement considéré à sa prochaine sortie. Night In Seattle a beaucoup versé à l’intérieur et a manqué le petit plus nécessaire. M L Jet s’est retrouvé devant une tâche herculéenne et son avantage au poids ne lui a pas été profitable car il a dû combler son retard avec ses 61 kg.
Pour en revenir à Cherish The Charm, il faut lui accorder ses mérites car il n’est pas donné à tout cheval de réaliser ce qu’il a fait samedi. Il a confirmé tout le bien qu’on pense de lui.
  
LES AUTRES COURSES
Jeanot Bardottier ramène un doublé

 1. Alberts Day et Mervyn Teetan, c’est la surprise à l’arrivée de la première course. Le cheval avait certes bien travaillé mardi matin sous la selle de Donavan Mansour, mais on n’était pas très friand pour le désigner dans le quarté. Au final, on dira que la persistance de l’apprenti a finalement payé pour une première victoire au Champ de Mars. Mais si le cheval ne l’avait pas emporté, on peut se demander si la monte de l’apprenti n’aurait pas été l’objet d’une interrogation de la part des Racing Stewards. Please To Progress a une fois de plus dû se contenter du premier accessit. On ne peut pointer du doigt Vinay Naiko et on dira toute simplement que c’est la différence de poids, près de 10 kg, qui a pesé dans la balance au bout de la ligne droite finale. Dunraven, lui aussi, peut arguer que le poids n’a pas été en sa faveur et invoquer la gêne subie peu après le départ. Jeanot Bardottier s’est amené sur le tard pour prendre la troisième place à Brandewyn. Mighty Lion n’a été que l’ombre de lui-même et doit avoir connu un problème en course. Quant au déroulement de la course, disons que si on pensait qu’il n’y aurait pas de rythme, on a été bien surpris par le tempo dans les premiers 650m, surtout sous l’impulsion de Please To Progress pour surmonter le handicap de sa ligne extérieure et la présence d’Alberts Day dont le cavalier a voulu profiter à fond de son poids plume.
 
2. Après deux deuxièmes places, Navistar a trouvé un engagement dans une valeur inférieure, et cela s’est avéré concluant pour une première victoire en dix tentatives. Vite en tête, il a pu contrôler la course à sa guise et personne n’est parvenu à le reprendre cette fois. Le favori In The Trenches avait trouvé une bonne position dans le parcours et on le pensait capable de faire la différence, mais il a dû se contenter de la deuxième place, un premier accessit qu’il a conservé de justesse face à Roman Express, qui a terminé sur une plaisante note. Triad Of Fortune est le cheval qui avait le mieux démarré, mais il a été condamné en one off et a, sous la cravache, versé à l’extérieur en ligne droite. Que dire des autres partants sinon que Ted Basset n’a pas bien bondi de sa stalle et qu’il n’a pas été transcendant dans l’emballage final. Les autres engagés n’ont pas réalisé grand-chose. On aura seulement remarqué qu’Artful Prince a couru en épaisseur durant tout le parcours.     
 
3. Mr Leyend, le grand favori de la journée, a été exact au rendez-vous pour sa deuxième victoire de la saison et a pleinement profité de l’absence de Cherish The Charm. On avait prévu que Valerin tenterait quelque chose et c’est ce qui s’est passé. Toutefois, Vinay Naiko a quelque part trop voulu réduire la course. On a été quelque peu surpris – par rapport à la 9e journée – de voir Max Rapax en deuxième position. On n’arrive toujours pas à comprendre pourquoi il n’avait pris aucun intérêt à sa dernière course. Mr Leyend, avec les oeillères, avait trouvé une position idéale dans le sillage du meneur. On pourrait avancer que Max Rapax a fait le jeu de Mr Leyend en mettant la pression sur le cheval d’Alain Perdrau. Mais si on jette un coup d’oeil aux temps fractionnés, on se rend compte que Valerin a pu ralentir le rythme entre les 800 et 600m en dépit de la présence de Max Rapax, alors que le tempo avait légèrement accéléré au début de la ligne droite finale. Mr Leyend a sorti une belle accélération pour résister facilement à Hot Rocket, qui a dominé de peu Valerin pour la deuxième place. Hot Rocket est passé à la vitesse supérieure dans le dernier virage, mais n’a pu continuer sur sa lancée dans les derniers 75m. À noter aussi qu’il a versé à l’intérieur, gênant Phiri E Kwatile et Max Rapax.
 
4. La dernière course de Streetbouncer était à ignorer et il retrouvait à l’occasion son parcours de prédilection. Mais rien n’était joué et souvent sur le kilomètre, il faut compter avec les interférences. On croit que Zhan Hu a été incommodé par Papa Joe, qui est passé devant lui. Ce dernier a ainsi pu trouver une bonne position dans le parcours. Zhan Hu est venu à la charge après 200m de course, mais Streetbouncer ne s’est pas laissé faire. On a aussi remarqué que Zambezi Torrent a été repris au départ. Et là, on peut se demander si Yashin Emamdee n’en a pas trop fait car il a complètement coupé l’action de sa monture qui a démarré au trot. On a aussi apprécié le « hands and heels » de Jeanot Bardottier en ligne droite pour sa première réussite de 2016. Bonne course de la part de Lake Geneva et Kimberly Al qui a terminé sur une bonne note. Il faut aussi retenir la ligne droite finale de Chosen Dash, qui n’a pu être monté comme il se devait vu qu’il a beaucoup tiré vers l’intérieur.
 
5. Cinchona, qui descend de deux catégories de valeur par rapport par rapport à sa dernière sortie, a pris le meilleur sur Tornado Man dans l’emballage final. Freedom est venu jouer les trouble-fête dans la partie initiale, surtout dans les premiers 400m. Puis Tornado Man a pu évoluer à sa guise. Cinchona est parvenu à se positionner juste derrière les chevaux de  tête. League Of Legends s’est retrouvé en épaisseur. Peu après le passage du but, Dereck David a failli être désarçonné par Melson. Tornado Man a paru solide aux commandes et a continué à imposer un bon rythme. Quand Cinchona a démarré aux 400m, on s’est demandé comment il avait pu déboîter vu la présence de Freedom à l’extérieur. Mais ce dernier avait déjà laissé un passage libre depuis les 600m et Jeanot Bardottier n’a éprouvé aucun mal à engager sa monture. On se demande si le jockey Boutanive n’aurait pas volontairement ouvert le passage à son compagnon d’entraînement. Melson n’a pas accéléré comme prévu en ligne droite. Halabaloo a bien terminé, tout comme Obligation. Ce dernier avait suivi en dernière position pendant toute la course.
 
7. La dernière course est revenue à Smitten, le n°2 de Gilbert Rousset. Il a suivi tranquillement au milieu du peloton avant de forcer la décision. Cette course a été marquée par quelques incidents au départ. Le grand favori Jiggery Pokery a refusé carrément de prendre le départ et est sorti de travers. Avant, il y a eu Brazo, qui avait fait des siennes. Agincourt n’a pas été en reste quand il a intégré sa stalle. Straight Jab s’est aussi mis de la partie et a même forcé les portes de sa stalle. Le nouveau The Deacon, lui, a raté sa mise en action. Son jockey a vite essayé de le remettre dans la course avant d’accélérer en épaisseur dans la descente. On n’a rien contre cette option, mais voir Derreck David lui demander d’accélérer à nouveau à environ 500m de l’arrivée mérite des explications. Pour un jockey aussi chevronné que lui et qui connaît le Champ de Mars sur le bout des doigts, on ne peut accepter une telle monte. L’Anglais dira tout simplement qu’il a « rode his horse to the ground ».