La popstar indienne Kailash Kher a mis fin, en apothéose, à sa tournée mondiale hier soir, au Centre Swami Vivekananda à Pailles, avec un concert de haute facture qui a attiré 3 000 personnes. Même si le concert organisé par Maya Events devait débuter avec une demi-heure de retard en raison d’une embouteillage monstre à l’entrée de Pailles, Kailash Kher et son orchestre, Kailasa, ont livré une prestation remarquable enchaînant ses derniers succès et les classiques de son répertoire.
La tournée mondiale de Kailash Kher avait débuté au Kenya, et il a choisi l’île Maurice pour terminer en beauté sa série de shows à travers le monde. L’artiste est resté, tout au long de sa performance, les pieds sur terre et fidèle à lui-même, entamant un dialogue avec son public avec un humour communicatif. Les mélomanes ont retrouvé (ou découvert) une voix chaleureuse qui, dès les premiers accords du Aoji, revendique sa signature et son tempérament de rockstar et de messager de la musique  soufie.
Sa chanson phare, Teri Diwani s’est posée avec souplesse et audace sur les harmonies subtiles de la guitare et le groove des percussions. Avec la chaleur de sa voix, il a démontré une implication constante du début à la fin du concert, et le moment où il a demandé à cinq filles de le rejoindre sur scène pour l’accompagner sur un extrait de son album Kailasa, Jhoomo Re, a certainement été le clou de la soirée. Il a aussi fait un malheur avec les notes extraites de son dernier album, Kailash Rangeele. Avec Piya Piya et Tu Jane Naa, il a fait passer un message  avec la magie des mots et une certaine tendresse pour les êtres et les choses. Avec la prestation qu’il a offerte, ce sont les émotions et la douceur qui ont pris le dessus, pendant que sa voix envoûtante se fondait à ravir dans ses poèmes d’amour, un rien nostalgiques. Il a également conquis le public avec Ya Rabba et Saiyan.