Deux hommes de loi, Mes Mahe Saulick et Krisna Sawoo, qui défendent bénévolement l’association des protections de Wetlands et Cadre de vie dans le nord, dont leur porte-parole est George Ah-Yan du Forum des Citoyens libres, soumettront très bientôt aux 70 parlementaires un document, soit la Public Beach Protection Act, dans lequel ils font des propositions spécifiques pour préserver les “wetlands” à Maurice. C’est ce qu’a annoncé George Ah-Yan hier lors d’une conférence de presse, où il a vivement dénoncé le propriétaire d’un agent immobilier qui a déjà démarré la construction d’une cinquantaine d’appartements sur des “wetlands” à Pereybère.
« Des appartements ont été construits sur un terrain comblé, avec des détritus, des débris, de la vieille ferraille, du béton et de la terre importée. Ceci pourrait provoquer à n’importe quel moment de graves inondations », a déploré George Ah-Yan, porte-parole de l’association de protection des Wetlands et Cadre de vie dans le Nord. « C’était un endroit où il faisait bon vivre avant, transformé aujourd’hui en un lieu devenu une menace permanente pour les habitants qui ont fait beaucoup de sacrifices pour investir dans la construction de leurs maisons. C’est un désastre écologique. »
L’agent immobilier, selon George Ah-Yan, a déjà affiché les prix des appartements qui tournent autour de Rs 10 millions. « L’agent immobilier a-t-il eu le permis de l’Environment Impact Assessment et le Building and Land Use Permit pour aller de l’avant avec ce projet ? Le ministère de l’Environnement et celui du Logement et des Terres ont-ils été avertis ? Si oui, pourquoi la police de l’Environnement n’a toujours pas réagi malgré les lettres de protestations pour dénoncer des propriétaires des terrains qui continuent à déverser des ordures sur les “wetlands”? » s’interroge le porte-parole du Forum des Citoyes libres.
Les deux hommes de loi, Mes Mahe Saulick et Krisna Sawoo, ainsi que le porte-parole ont accordé un délai de 15 jours aux autorités pour faire connaître ce qu’elles comptent entreprendre comme actions. « Nous n’allons pas rester les bras croisés. Nous allons définitivement prendre une décision », ont-ils prévenu.
Me Krisna Sawoo a quant à lui insisté pour la mise en place d’une charte écologique pour bien définir les paramètres dans lesquels les propriétaires peuvent opérer lorsqu’il s’agit de “wetlands”. « Il faut également faire un état des lieux complet sur les “wetlands” à Maurice », suggère-t-il.
Géraldine Hill et Jean François Brouard, qui habitent tous deux à Pereybère depuis de longues années, étaient présents à la conférence de presse pour témoigner. « Cela fait dix-huit ans que j’habite à Pereybère. Avant, il y avait des poules d’eau, des “Voon” qui ont été remplacés par du béton et des détritus. Nous sommes constamment exposés à de graves inondations à chaque grosse averse. Nous demandons aux autorités d’agir avant qu’il ne soit trop tard », dit Géraldine Hill. « Mo konn saterin-la depi mo lanfans. Nou pe trouv poul do, voon. Zordi ou kapav retrouv ou antoure avek siz labou », déplore Jean François Brouard.