Faites attention aux défis ! Si, comme moi, vous êtes du genre amateur de challenge derrière les fourneaux, vous pouvez aussi apprendre à vos dépens que souvent, il vaut mieux s’en tenir aux classiques. Bon, il est plus agréable de sortir des sentiers battus pour vous entendre dire que votre plat est digne d’une huitième merveille du monde. C’est aussi trop top quand le plat de tous les défis provoque des émotions indescriptibles, aussi fortes que disons… le déchiffrage des hiéroglyphes égyptiens. Ne décelez là aucune exagération. Si vous êtes passionnés, fondus, gourmands, gourmets, grands amateurs… bref, si vous êtes un inconditionnel de cuisine, vous comprendrez sans mal où je veux en venir.
Relever des défis peut aussi comprendre des risques, dont des ratages. Si vous sentez que ça va tourner au roussi, dites adieu à votre envie d’innovation ou au challenge qu’on vous impose. Mais si les dieux de l’inspiration sont avec vous et que vous vous sentez capable de créer ou de revisiter des recettes, alors n’hésitez pas, lancez-vous. C’est comme cela que mon poulet aux olives et aux pruneaux est sorti de la casserole !
J’étais invitée chez des amis qui avaient visiblement calculé leur coup. En cuisine, ils m’ont gentiment demandé : “Toi qui écris enn ta sur la cuisine, les plats, tout ça, tu t’y connais. Tu ne voudrais pas nous préparer quelque chose ? Mais on n’a pas une panoplie de produits, hein !” Un coup d’oeil dans le placard et au réfrigérateur devait confirmer leurs dires. Mais il y avait des épices, des olives, des pruneaux et du poulet…
Une heure plus tard, il flottait un agréable parfum dans la cuisine. Le défi avait été relevé…