Rien que quatre chevaux constituaient le plateau de l’épreuve phare de samedi dernier, dont deux de l’entraînement Gilbert Rousset. Si les deux semblaient les mieux placés pour la victoire, c’est Recall To Life qui sortit vainqueur de cette joute, alignant par la même occasion sa troisième victoire de rang. L’impressionnante victoire du fils de Greys Inn fut toutefois reléguée au second plan par le Club Jockey Jean-Pierre Guillambert qui a donné un véritable récital samedi dernier en s’adjugeant un triplé. On est même tenté de dire que la moisson aurait été plus fructueuse pour le Britannique si Mootahadee ou encore Seven Carat n’étaient pas tombés sur plus forts dans leurs épreuves respectives. Quoi qu’il en soit, c’est un Jean-Pierre Guillambert en état de grâce qui a fait admirer ses talents de juge du pas sur Van Der Scaler et de finisseur sur Silver Bluff et It’s My Party. On retiendra aussi la victoire surprise de Triad Of Fortune dans la troisième épreuve qui est venue mettre fin à quatre années de disette de Sunil Bhundoo.
En attendant la semi-classique des courses de fond, le Turf Magazine Golden Trophy qui se disputera ce samedi sur le parcours traditionnel de 2200m, c’est une course de 60+ que leurs turfistes ont eu à se mettre sous la dent, samedi dernier, en remplacement de la deuxième manche du championnat des 3 ans, supprimée en raison d’un manque de partants. Même si elle réunissait que quatre chevaux, la course n’était pas moins compétitive sur le papier avec d’un côté le match opposant Recall To Life et Everest, duo le l’entraînement Rousset et de l’autre Desert Sheik, élève de Ricky Maingard, le tout arbitrer par Ryder Cup qui en était à sa première incursion sur la distance, mais qui tactiquement pouvait ne pas encore avoir dit son dernier mot.
On fut vite fixé sur les chances des uns et des autres dès l’ouverture des boîtes lorsque Swapneel Rama précisa ses intentions sur Everest. Sollicité, le gris n’eut aucune peine à prendre la direction des opérations, ce qui contraigna Sunil Bussunt à placer Ryder Cup en deuxième position tandis que Desert Sheik évoluait en one-off de Recall To Life.  
Everest lança l’épreuve sur de bonnes bases, ce qui fit que les chances de Ryder Cup, qui suivait dans son dos, se retrouvèrent amoindries, sa tenue étant sujette à caution. Malgré que le champ n’était constitué que de quatre chevaux, on remarqua que Jean-Pierre Guillambert préféra garder Desert Sheik en one-off. Sans doute les ordres de Ricky Maingard étaient-ils de courir le cheval ainsi, non seulement en raison de sa grande action mais aussi pour garder toutes les options ouvertes au cas où l’éventuel meneur tenterait d’endormir le reste du champ.
Même si on n’eut pas droit à pareil scénario, Guillambert lança tout de même son attaque de loin, soit au 600m. Ayant une parfaite lecture de la course de là où il était, Bernard Fayd’herbe lança à son tour Recall To Life qui prit le sillage de l’alezan de Ricky Maingard alors que Ryder Cup tentait de rester dans le coup.
Everest aborda la dernière ligne droite avec une belle marge de manoeuvre. Ryder Cup joua crânement sa dernière carte à l’intérieur mais ne put prolonger son effort. Desert Sheik tenta de s’amener en pleine piste mais ce fut Recall To Life, une fois mis sur son bon pied, qui sortit la meilleure accélération. Sous l’impulsion de Bernard Fayd’herbe, le hongre bai brun passa en revue tout le champ pour s’imposer dans un style qui n’a pas laissé indifférent son entraîneur. Il gagna même arrêté, bouclant les 1600m en 1.37.74. Everest conserva le premier accessit devant Desert Sheik qui n’eut pas son rayonnement habituel au finish.
Au-delà de la victoire de Recall To Life dont l’entourage peut désormais contempler une course de groupe à l’avenir, The Pierre Noel Cup a demontré qu’on peut avoir une belle course, même avec quatre chevaux. N’est-ce pas, messieurs les décideurs?